Recherche sur le site

Turc ou belge, il faut choisir !

12-05-2017

Autopsie (post-présidentielle) de la gauche française

09-06-2017

Publifin, Samusocial : la grande lessive

07-06-2017

Le Blog-notes d'Hugues Le Paige

12-06-2017

Un sénat tiré au sort

11-05-2017

On ne naît pas...

12-05-2017

Politique Archives N°65
Archives

Energie/climat : la Belgique doit oeuvrer à sa succession

Michel RAQUET

Au 1er juillet 2010, la Belgique prendra la tête de la présidence tournante de l’Union européenne. Les ministres belges en affaires courantes n’auront pas d’autre choix que de préparer le travail de la Hongrie et de la Pologne qui lui succéderont à la tête de l’Union.

Une mécanique européenne bien huilée, une représentation belge au sein de l’UE prête à traiter les dossiers et des orientations politiques, pour le dernier semestre 2010, déjà fixées depuis «belle lurette» permettront à notre «gouvernement», présent ou futur, d’aller au bout de son mandat de présidence. Mais comment ? Il est effectivement difficile de se faire respecter par ses collègues des 26 autres États membres, lorsque l’on appartient à un gouvernement démissionnaire. Puisque nous (belges) n’avons pas le choix, nous devrons, à la fois faire confiance à nos partenaires européens et, à la fois, essayer de fixer les règles du jeu pour les présidences futures de l’Union, en particulier les peu progressistes que sont la Hongrie et la Pologne qui auront la destinée de l’Europe entre leurs mains en 2011.

«Climat» de confiance ?

Pour réussir l’après-Copenhague, tous les stratèges climatiques arrivent à la même conclusion : il faut rétablir la confiance! En particulier, celle entre l’Union européenne et les pays émergents et pays non industrialisés. Pour celà, l’UE doit tout d’abord débourser intégralement et rapidement sa part du financement Sur un montant de 10 milliards de dollars par an, l’UE s’est engagée à payer 2,4 milliards d’euros par an entre 2010 et 2012 dans un fond climat pour les pays en développement précoce («fast-track») promis aux pays non industrialisés pour combattre les changements climatiques pendant la période 2010-2012. Mais fort est de constater l’hypocrisie de cette promesse car l’essentiel de cette somme est, pour le moment, comptée au titre d’Aide publique au Développement, un simple recyclage des lignes budgétaires déjà existantes! D’autre part, pour regagner cette fameuse «confiance», l’Europe doit prouver par l’exemple que des objectifs climatiques en phase avec les recommandations des scientifiques sont possibles. Selon Starvos Dimas, ancien commissaire de l’Environnement, le passage d’un objectif communautaire de 20% à 30% de réduction des gaz à effet de serre d’ici 2020 ne coûterait, du fait aussi de la crise économico-financière, que de l’ordre de 21 à 22 euros par citoyen de l’Union. Pourtant, nos chefs d’État et de gouvernement rechignent toujours à faire de ces 30% un objectif contraignant Pour avoir une chance d’atteindre le fameux 2°C au dessus des températures pré-industrielles, il faudrait toutefois que les pays industrialisés réduisent, par rapport à 1990, leurs émissions de gaz à effet de serre de 40% et de 95% d’ici 2020 et 2050 respectivement. Comme dans ces deux cas – financement précoce additionnel et 30% de réduction des émissions –, la position de la Belgique est loin d’être claire, une présidence plus «neutre » (car démissionnaire) ne peut être néfaste à une stratégie basée sur la confiance!

Sauvons l’énergie!

Pour arriver à «sauver» le climat. Il faut économiser l’énergie et arriver à une économie 100% basée sur les énergies renouvelables d’ici 2050 au plus tard. L’European Climate Fundation, la fondation dont on parle le plus dans les milieux «climatiques» à Bruxelles, a démontré qu’il était techniquement et économiquement faisable de disposer de la totalité de notre électricité d’origine renouvelable d’ici 2050. Erec, l’association européenne des producteurs des énergies renouvelables, va plus loin en montrant que tout le secteur énergétique européen peut être 100% renouvelable à l’horizon 2050. Greenpeace viendra d’ici peu avec les mêmes conclusions. Alors, s’il est vrai qu’au cours de la présidence belge de l’Union, il y aura peu à se mettre sous la dent en terme de législation dans le domaine de l’énergie, il n’empêche que tous ces grands débats seront initiés au cours de cette présidence et ce en vue d’élaborer et de modifier les lois dès 2011. Le rôle de notre gouvernement en affaires courantes sera donc de s’assurer de placer les jalons nécessaires pour que les futures présidences hongroises et polonaises traitent en priorité les questions d’économie d’énergie et d’énergies renouvelables.

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.