Recherche sur le site

Politique Chroniques
Chroniques

Débattre de l’Europe

Hugues LE PAIGE

C’est en France que le débat sur l’Europe s’est cristallisé. Sans doute parce, comme souvent, la confrontation politique hexagonale tourne au psychodrame, les enjeux de politiques intérieures et les ambitions personnelles se mêlant d’une manière inextricable. Mais il n’empêche, même s’il traverse d’abord la gauche, un vrai débat s’est instauré en France sur la constitution européenne à propos de laquelle tous les états membres doivent se prononcer. Disposons-nous des informations minimales pour nous faire une réelle opinion sur un document long de 800 pages et dont les médias ont surtout transmis jusqu’ici l’écume des affrontements suscités tout au long de sa difficile gestation? Aujourd’hui il est bien difficile de départager les partisans et les adversaires de ce texte qui s’affrontent essentiellement à coup de slogans. Pour les uns rejeter la constitution, quelles que soient ses faiblesses, reviendrait à installer le chaos institutionnel sur le continent et à faire reculer l’union de quelques années. Pour les autres, l’approuver serait l’entérinement définitif d’une Europe ultralibérale, la fin programmée des services publics et l’abandon de toute politique sociale commune. Rien n’est totalement faux de tout cela, mais l’affrontement mérite une argumentation plus précise. L’élargissement récent de l’Union oblige à des règles de fonctionnement renouvelées (et sans doute plus audacieuses). L’Europe est par ailleurs une vielle construction libérale et, plus qu’une constitution, ce sont d’abord les rapports de forces qui déterminent la conduite des politiques économiques et sociales. De ce point de vue la composition radicalement libérale de la nouvelle Commission est certainement aussi importante que les textes constitutionnels. Le plus inquiétant aujourd’hui, c’est d’abord l’absence absolue de débat dans un pays comme le nôtre, l’indifférence généralisée des citoyens européens qui ont été 57% à s’abstenir lors du dernier scrutin parlementaire et l’inexistence de nouvelles dispositions politiques qui auraient précisément pu entraîner un contrôle plus démocratique des institutions en place. On tentera d’y revenir au fil de ces chroniques.

Mots-clés : Europe

Journaliste-réalisateur, membre du collectif éditorial de "Politique"

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.