Recherche sur le site

Politique Chroniques
Chroniques

Les nouvelles frontières de la politique

Hugues LE PAIGE

La question de l’Europe est-elle en train de dessiner de nouvelles frontières politiques ? L’Europe, sa forme, son organisation, sa politique vont-elle désormais tracer de nouveaux clivages par substitution ou superposition à d’anciennes références ? Ce ne serait pas le moindre des paradoxes des récents referendums français et hollandais. Si le débat démocratique ne s’éteint pas après ces campagnes référendaires, un nouvel âge de la politique peut surgir. Les « non » français et hollandais ont provoqué un courant d’air porteur tout à la fois de froideur et de fraîcheur, ce qui n’est pas tout à fait pareil. Coup de froid prévisible sur l’avenir d’une Europe politique que les rapports de force actuels ne permettront pas de renégocier à court terme et qui risquent d’aboutir à une régression favorable à l’ultralibéralisme. Les premiers signes s’en font déjà sentir et la présidence britannique ne manquera pas de les favoriser. Mais ces inquiétudes légitimes ne doivent pas occulter les effets salutaires d’un débat global à la fois sur l’avenir et les objectifs de la société européenne et sur un resurgissement de la politique aux frontières remodelées. Rien n’est gagner de ce point de vue : il s’agit bien d’un espoir pas encore d’une réalité. Le repli sur soi, les égoïsmes peuvent triompher. Mais les forces démocratiques peuvent aussi s’emparer du débat, s’obliger à des remises en cause et redéfinir de nouvelles lignes de partage qui tiennent compte à la fois des aspirations à plus d’égalité et des craintes vis-à-vis de l’insécurité sociale exprimées, sous des formes diverses, par nombre d’Européens. Bien entendu ce ne sont pas les seules préoccupations et les uniques ressentiments qui se sont manifestés. La gauche doit construire avec plus de crédibilité sa conception propre et autonome d’une économie sociale de marché sans céder à la fuite en avant ou à l’illusion. Il y a, en tous cas aujourd’hui, l’occasion et même l’obligation d’une redéfinition du rôle de la et des politiques en Europe.

Journaliste-réalisateur, membre du collectif éditorial de "Politique"

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.