Recherche sur le site

Politique Archives N°35
Archives

Jusqu’au bout du nez…

BASTIN Jean-François

Bourlet avait proclamé: «J’irai jusqu’au bout, si on me laisse faire…» On l’a laissé faire. Il n’est pas allé jusqu’au bout. Il n’est allé nulle part, il a tourné en rond, il nous a mené par le bout du nez. Il s’est agité dans tous les sens et cette agitation, à la longue, finit par nous sembler bien louche. Et si ce Bourlet était de connivence avec «les gens haut placés» dont parlait Botte, et s’il était l’arme secrète du réseau, le leurre parfait? À force de multiplier les pistes annexes, Bourlet a brouillé toutes les pistes. On ne sait plus qui est vraiment suspect dans cette affaire. On ne sait pas si les accusés sont les bons. Même Dutroux? Même Dutroux… Personne n’ose le dire franchement, mais il suffit de relire les comptes-rendus du procès depuis le premier jour: aux yeux de ses avocats, mais aussi du procureur et de certaines parties civiles, Dutroux ne serait pas le principal suspect. Il serait donc l’objet d’une incroyable erreur judiciaire. Incroyable? C’est là sa force, à Dutroux: il y a toujours des gens pour croire à l’incroyable, pour nier l’évidence. Et dans cette affaire, ces gens sont très nombreux. Sur les douze jurés d’Arlon, combien finiront par croire à la culpabilité relative de Dutroux, combien infléchiront leur verdict en pensant que d’autres coupables, plus criminels encore, leur ont échappé? Cinq, sept? De ce chiffre dépendra le sort de Dutroux, mais aussi la santé mentale d’une nation. 15 mai 2004

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.