Recherche sur le site

Politique Archives N°42
Archives

L’âge de la capitaine

KAUFER Irène

«Ce soir, nous allons tenter de résoudre ensemble un problème de maths. Sachant qu’à partir de 2008, les hommes pourront prendre leur prépension à 60 ans à condition d’avoir 30 ans de carrière ; qu’à partir de 2012, ils devront avoir travaillé 35 ans au moins ; que les femmes, elles, devront prouver 26 ans de carrière en 2008 puis que cette durée sera relevée de 2 ans tous les 4 ans pour atteindre le même niveau que les hommes… — … Un whisky s’il te plaît… — … qu’à titre transitoire, les carrières longues comme les métiers lourds donneront encore droit à une prépension à 58 ans, la définition d’une «carrière longue» étant pour les hommes allant de 35 en 2008, 37 en 2010 et 38 en 2012, pour les femmes de 30 en 2008, 33 en 2010, 35 en 2012 et 38 ans en 2014 ; que cependant, si l’évaluation prévue en 2011 montre que le taux d’emploi des plus de 55 ans n’a pas augmenté au moins une fois et demi de plus que la moyenne de l’Union européenne, cette durée sera portée à 40 ans Toutes ces données sont rigoureusement exactes, tirées du «contrat de solidarité entre les générations», version novembre 2005….. — et une aspirine… — … sachant enfin que le fossé salarial est toujours d’environ 15% en faveur des hommes, que les femmes représentent plus de 80% des temps partiels et des interruptions de carrière ; enfin, que les prochaines élections fédérales ont lieu en 2007, calculez l’âge de la capitaine prépensionnée, le montant de sa future pension et le nombre de manifestantes lors du grand rassemblement du 28 octobre. — Tu oublies une donnée importante : les mesures ou mesurettes en faveur des femmes, même modestes, même limitées dans le temps, pourraient bien faire tiquer l’Europe. Comment ça, les femmes ont des conditions plus favorables que les hommes ? Tsss tsss… et l’égalité là-dedans ? Il suffit de voir comment la durée de carrière des femmes a été rallongée de 40 à 45 ans, sans autres protestations que celles de quelques féministes ringardes ! Alors que, même avec cet «avantage», les pensions des femmes étaient nettement inférieures à celles des hommes… sans que «l’égalité» en souffre, apparemment ! — Et cette fois encore, on oublie un détail : les prépensions, c’est une histoire de mecs, c’est peut-être pour ça qu’on en parle tant d’ailleurs ! Il n’y a guère plus de 15% de femmes parmi les prépensionnés… — … et cela risque de s’aggraver encore… — … oui, mais dans le même temps, le gouvernement a décidé de raboter encore les revenus des temps partiels, donc dans une écrasante majorité des femmes… Mais là, silence et discrétion absolus… Si ma fille ne travaillait pas à temps partiel, je ne serais même pas au courant ! Vous non plus, je vois. Eh bien, sachez que depuis juillet, le complément du chômage En langage administratif, l’AGR, allocation de garantie des revenus. La réforme est assez technique mais selon les calculs de la FGTB, les travailleuses qui acceptent ou qui doivent accepter un temps de travail inférieur à un _ temps perdent entre 100 et 200 € par mois par rapport à l’ancienne formule a été fortement réduit, sous prétexte d’éviter les fameux «pièges à l’emploi» ! Résultat : une perte de revenus qui peut dépasser les 100 euros par mois ! Vous avez entendu des réactions ? Des menaces d’actions ? Des indignations ? Rien ! Pas même une information des personnes concernées ! Alors voilà, à la prochaine manif, j’irai avec mon propre calicot.

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.