Recherche sur le site

Politique Archives N°47
Archives

«Le “coup” de la RTBF inquiète»

Hugues LE PAIGE

Il faut quitter la question de la forme pour en venir au fond…» : les dirigeants des médias et ceux de la politique ont oublié leurs divergences pour se retrouver dans cette invitation consensuelle. Échappatoire irrecevable parce que plus que jamais, dans ce cas, le fond n’est inséparable de la forme et que l’on ne peut faire l’impasse sur les questions posées par l’initiative de la RTBF. Il ne suffit pas de proclamer : «après cet “électrochoc” (une thérapie dont les vertus me semblaient d’un autre temps…) qui a révélé (?) la profondeur de la crise identitaire francophone, passons aux choses sérieuses». Car les conditions de la «révélation» induisent naturellement son traitement futur. L’émission controversée a été le lieu de toutes les confusions : entre le vrai et le faux, entre le journaliste et le comédien, entre l’événement et le canular, entre l’émotion et la réflexion, entre le JT et la farce. On a vécu là comme l’aboutissement de l’information spectacle dont les signes se manifestent quotidiennement dans les «vrais» JT depuis que l’information télévisée en crise court derrière la concurrence (qui a beau jeu de noter qu’elle ne se livre pas à ce genre de pratiques). Confusion des genres, confusion des rôles : voilà qu’à présent la Télévision se substitue à la Politique. La télévision qui n’analyse plus depuis longtemps la scène publique veut en devenir un acteur. La légitimité démocratique, c’est elle ! Elle qui permet «aux gens» de se «réapproprier» un débat que les «politiciens» voulaient confisquer. Au nom de quoi et au nom de qui, cette traversée du miroir ? Dérive médiatique, dérive démocratique : le «coup» de la RTBF inquiète.

Mots-clés : Médias

Journaliste-réalisateur, membre du collectif éditorial de "Politique"

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.