Recherche sur le site

Politique Archives N°47
Archives

«On ne vise pas principalement la RTBF»

Henri GOLDMAN

Une émission de télévision qui se transforme en affaire d’État : un point ultra-sensible a été touché. Dans sa grande masse, l’opinion publique, relayée par le personnel politique unanime, témoigne qu’elle n’a pas seulement été choquée (de cela, on se remet), mais surtout qu’elle enrage d’avoir été manipulée par une émission racoleuse. Mais elle ne témoigne pas que de cela. Elle signifie aussi qu’elle a été blessée dans ses sentiments profonds. Car la même technique appliquée, par exemple, à une fausse catastrophe nucléaire destinée à faire réfléchir le public sur les dangers de l’atome n’aurait pas mobilisé de tels affects. Ces dernières années, la Belgique et ses attributs, dont la monarchie, sont revenus en force dans le dispositif identitaire qui charpente l’inconscient collectif des francophones. Il est loin le temps du fédéralisme adulte qui était l’horizon de l’opinion progressiste il y a un demi-siècle, quand elle était capable de se projeter dans l’avenir. Même s’il y a de bonnes raisons d’être attaché à la Belgique multiculturelle en tant que laboratoire d’une Europe ouverte sur le monde, cela n’a rien à voir avec ce belgicanisme frileux qui s’est imposé à la Wallonie comme paratonnerre pour conjurer la peur du lendemain. C’est aussi cette peur panique que l’émission a mise en lumière. Serons-nous encore capables de reprendre demain — car on n’y échappera pas — le débat institutionnel autrement que sur le mode du film catastrophe ? Et ici, on ne vise pas principalement la RTBF.

Mots-clés : MédiasRoyauté

rédacteur en chef de "Politique"

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.