Recherche sur le site

Politique Archives N°70
Archives

Parlement Jeunesse : se réapproprier la question politique

Rédaction

Chaque année, lors des vacances de Carnaval, 80 jeunes entre 17 et 26 ans investissent le Parlement de la Communauté française à Bruxelles afin d’endosser le costume d’un-e véritable parlementaire. Le Parlement Jeunesse est une simulation parlementaire grandeur nature, où les jeunes députés sont plongés dans un débat autour de quatre projets de décrets – fictifs – portant sur des sujets – bien réels –, que le Parlement est amené à discuter, amender et finalement voter. À l’occasion de cette quinzième législature, les députés Pour cette quinzième législature du Parlement Jeunesse, la composition de l’hémicycle était plus hétéroclite que jamais. D’abord, la proportion d’étudiant-e-s en sciences politiques et en droit a diminué au profit des autres facultés. Ensuite, la proportion des jeunes issu-e-s de l’immigration a augmenté au point de pouvoir dire qu’aujourd’hui le Parlement Jeunesse reflète fidèlement la diversité culturelle de la société. Enfin, un effort soutenu a été impulsé afin d’attirer un plus grand nombre des jeunes travailleurs, de jeunes sans emploi et d’étudiant-e-s non universitaires. Toutefois, force est de constater que cet effort tarde à porter ses fruits. Par ailleurs, l’impératif d’une parité homme/femme n’a pas été satisfait cette année. Une attention particulière devra être portée sur cette exigence à l’avenir du Parlement Jeunesse ont pu s’exprimer sur les thématiques aussi diverses que la réduction de la durée légale du temps de travail, la délinquance juvénile, la coopération au développement ou le droit à un logement décent.

Tant d’encre s’écoule pour déplorer le manque d’intérêt des jeunes pour la politique. Plutôt que de venir garnir les rangs des pleureuses, des jeunes gens ont eu l’ambition de développer un forum où l’on « fait » de la politique plutôt que de la commenter.

Les travaux parlementaires du Parlement Jeunesse consistent principalement en deux étapes : l’examen détaillé des projets décrets en commission et la discussion générale suivie d’un vote en séance plénière. Par ailleurs, en fin de semaine, un projet de résolution Pour cette législature, la proposition de résolution s’intitulait « Interculturalité et droits de l’Homme ». Elle prévoyait l’engagement du Parlement Jeunesse à promouvoir une société inclusive ainsi que la pratique des « accommodements raisonnables ». Afin qu’il nous entretienne de la problématique, le Parlement Jeunesse a invité Henri Goldman, de la revue Politique. Ainsi, le projet de résolution a été soutenu par une majorité de députés suite à un débat dense et constructif – traitant d’un sujet au cœur de l’actualité – est soumis à l’assemblée suite à la présentation d’un-e expert « engagé-e » et d’un débat sur la question. Cette résolution pourra orienter l’élaboration des projets ministériels lors de la prochaine législature. Tant d’encre s’écoule pour déplorer le manque d’intérêt des jeunes pour la politique. Plutôt que de venir garnir les rangs des pleureuses, des jeunes gens ont eu l’ambition de développer un forum où l’on « fait » de la politique plutôt que de la commenter. Dans un contexte de forte défiance à l’égard de la chose publique, il peut être utile d’arracher le débat politique à ses techniques – réflexes partisans, logiques de parti, discipline de vote… – et à ses technicien-ne-s pour le rendre au plus grand nombre, à celles et ceux qui n’ont pour expertise que leurs expériences de vie, leurs idéaux, leurs valeurs ainsi que leur créativité. Depuis maintenant 15 ans, le Parlement Jeunesse fait la démonstration que les jeunes veulent prendre une place active dans le débat public, non pas pour défendre leurs intérêts immédiats, mais pour développer une vision politique créative et ambitieuse sur des enjeux qui conditionnent l’avenir de la collectivité. Toutefois, le risque est évidemment grand de débattre dans les nuages. Certes, le Parlement Jeunesse ne dispose pas de leviers pour agir directement sur la société. Il n’en a d’ailleurs pas la prétention, ni la légitimité démocratique. Toutefois, le Parlement Jeunesse peut constituer une porte d’entrée vers un engagement futur visant un véritable changement social. L’objectif fondamental des organisateurs du Parlement Jeunesse est que les jeunes députés en ressortent affranchis tant du fatalisme amorphe du citoyen lambda que du populisme consumériste de celles et ceux qui croient que la politique consiste à tout attendre des gouvernants. Le Parlement Jeunesse n’est pas simplement une simulation parlementaire. Il s’agit d’un véritable espace de vie ouvert le temps d’une semaine au cours de laquelle des jeunes issus de tous horizons (Wallonie, Bruxelles… mais aussi Québec, Italie, Suisse, Maroc et République Démocratique du Congo) travaillent et vivent ensemble. Ces deux dernières années – celles de notre participation – le Parlement Jeunesse a concentré ses efforts afin d’augmenter la mixité sociale et culturelle de notre public. On peut dire que le Parlement Jeunesse accueille aujourd’hui des populations de classes sociales et d’origines diverses tant parmi ses participants qu’au sein de son équipe organisatrice. Bien sûr, beaucoup reste à faire, notamment en ce qui concerne les jeunes qui ne font pas d’études supérieures. Aujourd’hui, le Parlement Jeunesse est une expérience inédite. Existe-t-il seulement un autre espace de vie dans lequel peuvent « s’entre-connaître » – se jauger, se découvrir, se comprendre – des personnes issues de quartiers populaires à Bruxelles et des jeunes gens venus d’un village ardennais ou hennuyer avec toutes les différences et les incompréhensions que cela peut supposer ? La diversité sociale et culturelle du Parlement Jeunesse en fait un véritable laboratoire du vivre-ensemble dont l’effet immédiat est de questionner les préjugés de chacun-e ainsi que toutes ces petites choses que l’on sait sur « l’autre » sans lui avoir jamais parlé.

Mots-clés : Démocratie

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.