Recherche sur le site

Politique Archives N°72
Archives

Paul Lafargue et le droit à la paresse

Rédaction

C’était il y a juste cent ans. « Je me suis promis de ne pas dépasser les soixante-dix années, j’ai fixé l’époque de l’année pour mon départ de la vie… » Dans la nuit du 25 au 26 novembre 1911, à Draveil, au retour d’une soirée au cinéma, Laura Marx, deuxième fille de Karl, et Paul Lafargue mettent fin à leur vie. Jusqu’au bout, ils furent épris l’un de l’autre. Leurs funérailles réunirent une foule de militants, parmi lesquels des exilés de toute l’Europe. Ancêtres allemands et écossais du côté de Laura, née en 1845 rue de l’Alliance à Saint-Josse-ten-Noode. Du côté de Paul, né en 1842 à Santiago de Cuba : caraïbes, africains et français, chrétiens, juifs et vaudous dont Paul gardera le goût des mythologies. Paul entame des études de médecine à la Sorbonne, dans un milieu républicain hostile à la dictature de Napoléon III. En 1865, suite aux manifestations du Congrès international des étudiants à Liège, il est exclu des facultés de France et va passer son doctorat au Royal College de Londres. Déjà membre de l’Association internationale des travailleurs (la 1ère Internationale), il fréquente la demeure des Marx, où il tombe sous le charme de Laura. Lectrice, musicienne, cavalière, Laura traduisit entre autres le Manifeste du parti communiste de 1848. Le couple subit la guerre franco-prussienne à Bordeaux, chez les parents Lafargue. Paul vient à Paris en avril 1871 et soutient activement la Commune. De retour en Angleterre après la mort de leurs trois enfants, Lafargue écrit pour l’hebdomadaire parisien L’Égalité. En 1880, il y publie sous la rubrique « Variétés » un feuilleton en sept épisodes, Le droit à la paresse, réfutation du droit au travail de 1848. Après la fusillade de Fourmies (1891), Paul Lafargue est élu à Lille. Ce sera son seul mandat. En 1895, à la mort d’Engels, éditeur posthume de Marx, correspondant et soutien du couple, Laura hérite d’une part des droits d’auteur du Capital et achète la villa conjugale. Après le Manifeste communiste, le Droit à la paresse serait le texte d’inspiration marxienne le plus traduit et diffusé.

Mots-clés : Temps de travail

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.