Recherche sur le site

Politique Archives N°80
Archives

Pour une « autre science » capable de cultiver des savoirs pertinents

Rédaction

On a assez reproché aux académiques d’occuper une tour d’ivoire. Ils sont en train d’en être déchu, à toute allure, et dure est la chute. Rattrapées par une mise au pas de tout ce qui n’est pas directement rentable et compétitif, les enceintes prestigieuses de l’université font aujourd’hui l’amère expérience de ce à quoi la majorité d’entre nous sont exposés : précarisation massive des statuts, évaluations constantes des moindres faits et gestes, financements de plus en plus restreints et conditionnés, obligations sans cesse croissantes de productivité. Bienvenue dans le monde du marché. Isabelle Stengers, philosophe des sciences, voit venir le coup depuis un petit temps déjà. Elle fournit des armes conceptuelles qui tout à la fois permettent de comprendre ce qui nous arrive et d’apprendre à y résister. Politique l’a rencontrée pour débattre de ces questions.

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.