Recherche sur le site

De l’autre côté de la route…

Economie de 24h, économie « collaborative », société numérique, (hyper-)mobilité, fluidité, flux tendus, délocalisations, mise en concurrence des territoires…. Tout semble nous pousser à vouloir nous déplacer en permanence et de plus en plus loin, à écarter de plus en plus les lieux de conception et de production, distribution des produits et services. Une transformation de la spatialisation de nos sociétés est en cours, un bouleversement de leur organisation sociale et économique.

Mais aussi un renforcement des inégalités tant entre les individus qu’entre les territoires, et une sérieuse fragilisation des droits et libertés.

Chaque semaine, retrouvez une chronique sur ces questions.

Espace et mobilité, ou de quelques modalités relatives à la prédation

Pierre ANSAY

Il semble peu probable que les femmes et les hommes renoncent à leur égoïsme prédateur quand ils déambulent sur l’espace public. Ne nous racontons pas d’histoires, dont la gauche bienpensante est friande, qui chantent les vertus des solidarités à vivre dans l’espace public, fables auxquelles certains naïfs bien placés feignent de croire. Comme si l’espace public de discussion se prolongeait par inertie dans l’espace public des villes et des villages.

De l'autre côté de la route... 26-03-2018

La route à tout prix? Dumping social et exploitation des chauffeurs

Jean-Paul GAILLY

Au-delà des images toutes faites que nous nous faisons, qui sont vraiment les hommes et les femmes de la route ? Dumping social, concurrence, les chauffeurs routiers subissent une pression sur leurs conditions de travail. Jusqu’où peut-on presser ces hommes et ces femmes ?

De l'autre côté de la route... 12-02-2018

Bientôt des rues pour tous ?

Vincent CARTON

Un modèle de ville où il est possible de vivre et de se déplacer sans posséder d’automobile. Est-ce possible ?

De l'autre côté de la route... 31-01-2018

(Im)mobilité et création artistique

Pierre ANSAY

L’art ouvre des voies et magnifie des lieux, autant des vallées de larmes que des instants de bonheur fragile, des jours sans déclins, des aubes arrachées aux locomotives et aux automobiles et s’annonce ainsi, dans ces (im)mobilités que nous créons pour nous, le pressentiment de la joie, quand nous résistons, mobiles sans divertissement futile, un peu ivres de nos propres puissances.

De l'autre côté de la route... 6-12-2017

Le viaduc Herrmann-Debroux pour ou contre Bruxelles ?

Vincent CARTON

A chaque hoquet d’une infrastructure du réseau routier bruxellois, les mêmes polémiques font rage. Certains dénoncent l’incurie des pouvoirs publics et leur incapacité à assurer l’entretien des ouvrages. De l’autre côté, certains rappellent que la ville est envahie par l’automobile, que la pollution atmosphérique et les effets sur le climat sont de plus en plus inquiétants, de même que les effets sur la santé. Alors, que fait-on ?

De l'autre côté de la route... 20-10-2017

Le vélo à Montréal, culture, politique et conflit

Pierre ANSAY

Perplexité, signes et symboles contradictoires : Montréal est une ville de cyclistes, la meilleure ville cyclable en Amérique du Nord, 72% de la population se déplace à vélo, à un moment ou à un autre de l’année.

De l'autre côté de la route... 15-09-2017

Mobilité-immobilité, mobilisation-immobilisation, qui est le maître de musique ?

Pierre ANSAY

La rhétorique néo-libérale constitue une puissante incitation à bouger quand les maîtres le décident, au sein d’une mobilité qui dépasse de loin l’aménagement des espaces publics. Est-ce que résister, désormais, ne signifie pas rester, s’agripper, faire l’immobile ?

De l'autre côté de la route... 21-08-2017

Voitures de société : un changement de cap difficile

Jean-Paul GAILLY

En laissant aux travailleurs le choix entre une voiture de société ou du « cash », le gouvernement fédéral a pris la plus mauvaise décision pour la mobilité, l’environnement et la sécurité sociale. Mais peut-être pas pour les employeurs.

De l'autre côté de la route... 19-07-2017

Usagers et travailleurs du rail: choisir la bonne voie

Jean-Paul GAILLY

Le moins qu’on puisse dire c’est que le projet de loi du gouvernement fédéral imposant un service minimum dans le transport ferroviaire soulève bien des questions. Comment prendre en considération les différents enjeux qu’il soulève au regard des valeurs de liberté et d’égalité ?

De l'autre côté de la route... 26-05-2017

Permis de conduire: le grand chambardement ?

Jean-Paul GAILLY

En matière de permis de conduire, les directives européennes se bornent à définir un modèle de permis européen, des standards minimum sur les examens, les capacités de conduite ou les examinateurs. Mais il n’y a pas de standard minimum pour la formation en tant que tel et pour les compétences nécessaires pour devenir instructeur. Ceci laisse une marge de manœuvre importante aux États membres. La Belgique a bien saisi ce champ libre…

De l'autre côté de la route... 10-05-2017