Recherche sur le site

Politique Chroniques
Chroniques

Grève générale et idées acquises

Hugues LE PAIGE

Une grève générale n’est pas un événement banal. Une grève générale ne se décrète pas. La mobilisation sociale qui se dessine de jour en jour va sans doute au-delà de son objet même ou, en tous cas, témoigne d’un refus d’une évolution globale de la société sur le plan des inégalités et des mises en cause des droits sociaux. Le mouvement qui se développe n’est pas sans rappeler celui qui s’est manifesté contre la Constitution européenne : il recouvre des inquiétudes et des refus auxquels on ne saurait répondre par le mépris. Il serait illusoire et diffamatoire de réduire ce mouvement à une défense d’intérêts catégoriels ou d’égoïsme générationnel. Il serait dangereux d’y opposer des mesures judiciaires ou répressives qui seraient ressenties comme autant de provocations. Les problèmes sont plus complexes, ils méritent un autre débat et surtout devraient inspirer une réflexion plus ouverte et moins dogmatique. C’est ici qu’il faudrait parler du danger non pas des droits mais des idées acquises. Ce n’est pas l’espace d’une telle chronique qui permet d’aborder pleinement le sujet. Simplement quelques remarques pour réaffirmer la nécessité de prendre en compte des analyses alternatives aux affirmations proclamées indiscutables. Elles existent et méritent qu’on s’y arrête. Sur le « choc » démographique ou par exemple sur le financement à long terme des pensions, les bureaux d’études syndicaux ou certains économistes ont apporté des contributions qui nous forcent à la réflexion et méritent un détour. « Littérature engagé » me direz-vous, certes, mais pas plus que celle qui nous ont offertes tous les jours sous le sceau de l’évidence. Une seule remarque puisée dans ces textes : les réductions structurelles de cotisations patronales accordées massivement depuis 15 ans auraient permis couvrir ce que le « vieillissement » de la population nous coûtera en 2030. Comme quoi il reste de la marge pour les choix politiques.

Mots-clés : Syndicalisme

Journaliste-réalisateur, membre du collectif éditorial de "Politique"

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.