Recherche sur le site

Politique Archives N°64
Archives

La peine des mères

KAUFER Irène

Vous rêvez d’une soirée animée entre copines, vous en avez marre de vous écharper sur le foulard ou la prostitution ? Le thème de dispute est tout trouvé : entre la poire et le fromage, glissez dans la conversation le dernier bouquin d’Elisabeth Badinter E. Badinter, Le conflit. La femme et la mère, Flammarion, 2010. Ambiance garantie ! — Oui, c’est extraordinaire, chacune a un avis tranché, même – et peut-être surtout ! – celles qui ne l’ont pas lu… — Il est vrai qu’elle soulève une vraie question : le retour d’une certaine «naturalisation» des femmes, qui seraient mères avant tout, poussées par un instinct irrépressible… Des mères idéalisées, non seulement parfaites mais heureuses de l’être, ne ressentant ni frustration ni sacrifices… la servitude volontaire dans toute sa splendeur ! — Robert Badinter a aboli la peine de mort, Elisabeth Badinter voudrait abolir la peine des mères… — C’est vrai, médiatiquement c’est un beau succès, mais en même temps, il y a quelque chose de méprisant dans le ton employé pour présenter son livre : des «histoires d’allaitement et de couches-culottes»… Autrement dit : des histoires de bonnes femmes, sans intérêt pour l’humanité ! — Ou alors, on lui reproche une vision caricaturale de l’écologie, qui remettrait en question une série d’«acquis», des couches jetables à la contraception, en passant par l’accouchement sans douleur, au nom d’une nature qui serait, elle, pure et bonne… Moi, il y a autre chose qui me gêne : sa façon d’opposer la maternité aux «contraintes de plus en plus dures du monde économique» et aux aspirations de notre société où l’individualisme, l’égoïsme régneraient en maîtres – les termes sont d’elle ! Or, elle ne remet jamais en question ni ces contraintes du travail, ni cet individualisme forcené. Si vous n’aimez pas cette société-là, on dirait que vous n’avez plus qu’une échappatoire : la maternité, justement ! Le contraire de ce qu’elle voulait démontrer… — Moi, c’est quand je lis ses détractrices que j’ai envie de jeter mon bébé avec l’eau du bain ! Le reproche principal étant qu’elle nierait les différences biologiques et voudrait faire des femmes des hommes comme les autres voir par exemple ici. Inisister sur la différence des sexes a toujours servi à justifier les inégalités, ne serait-ce qu’au nom d’une chimérique « complémentarité », dans laquelle le fameux instinct maternel en remet une couche… jetable, j’espère! — Tant qu’à parler de couches jetables… même si ce n’est effectivement pas le centre de sa démonstration, je ne peux oublier que Mme Badinter est présidente du Conseil de surveillance et principale actionnaire de Publicis, qui a parmi ses clients Nestlé (laits en poudre) et Procter et Gambler (couches jetables)… Dans d’autres circonstances, on parlerait pour le moins de conflit d’intérêt. D’autant qu’elle est beaucoup plus discrète quand on l’interroge sur la façon dont la publicité renforce les stéréotypes sexistes, y compris en magnifiant les femmes comme mères.voir le très intéressant article .sur le site Rue89… Elle nous avait déjà fait le coup avec Fausse route, où elle dénonçait un «féminisme victimaire» en minimisant notamment les violences faites aux femmes : Badinter soulève des questions intéressantes, mais elle a des indignations très sélectives !

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.