Recherche sur le site

Politique Archives N°47
Archives

Le bourbier irakien

JAMIN Jérôme

Onze septembre 2001 — 7 novembre 2006, il aura fallu plus de cinq longues années pour qu’un premier changement significatif s’effectue sur le plan politique américain. Cinq longues années pour passer successivement des attentats du 11 septembre au goulag de Guantanamo, de la guerre en Afghanistan à l’invasion irakienne, du scandale d’Abou Grhaib à la démission de Donald Rumsfeld, et surtout, de la réélection de Bush en 2004 à la défaite du Grand Old Party en novembre dernier. Cinq longues années pour passer presque sans interruption de la débauche médiatique autour des Twin Towers aux premières photos terrifiantes des détenus, des fantômes «oranges» de Guantanamo, pour entendre Ben Laden dans sa grotte et deviner le mollah Omar fuyant sur sa moto; cinq longues années pour passer du déluge de feu sur Bagdad aux terribles photos de prisonniers irakiens maculés d’excréments dans les caves d’Abou Ghraib. Presque 2.000 jours séparent Bush entourés de pompiers sur les gravats du sud de Manhattan et l’image pittoresque du même individu avec Nancy Pelosi après sa défaite de novembre. Retour sur quelques documents importants qui illustrent ces années misérables de la politique étrangère américaine. Le soir du 11 septembre 2001, certains analystes avaient compris que ce n’était pas tant le monde qui allait changer mais l’Amérique, ses principes, ses valeurs, et ses fondements démocratiques les plus fondamentaux. Et à certains égards, ils en ont eu pour leur compte, comme le discours de l’État de l’Union du Président Bush du 29 janvier 2002 allait implicitement en témoigner La traduction est de l’auteur et tous les extraits proviennent du même discours disponible sur le site de la Maison blanche: http://www.whitehouse.gov/news/releases/2002/01/20020129-11.html : «Ce que nous avons trouvé en Afghanistan confirme que loin de se terminer, notre guerre contre la terreur ne fait que commencer (…). Des dizaines de milliers de terroristes entraînés sont toujours en liberté. Ces ennemis voient le monde entier comme un champs de bataille, et nous devons les poursuivre où qu’ils soient». Premier message: la guerre sera en quelque sorte éternelle étant donné le caractère imprécis et global de la menace évoquée. Ce point reste totalement d’actualité aujourd’hui. Deuxième message: il faut se prémunir contre les terroristes et les régimes qui cherchent à se procurer ou à fabriquer des armes chimiques, biologiques ou nucléaires et même «si certains de ces régimes ont été plutôt calmes depuis le 11 septembre. Nous connaissons leur vraie nature. La Corée du Nord est un régime qui s’équipe de missiles et d’armes de destruction massives, pendant que sa population meurt de faim. L’Iran cherche ce type d’armes et exporte la terreur, pendant que quelques individus non élus répriment l’espoir du peuple iranien pour la liberté. L’Irak continue à vanter son hostilité vis-à-vis de l’Amérique et soutient la terreur. Le régime irakien a comploté pour développer l’anthrax, le gaz neurotoxique, et les armes nucléaires depuis plus de dix ans. (…) Ce régime a quelque chose à cacher au monde civilisé (…)».

«Mission accomplie»

Le discours sur l’État de l’Union représente la première étape officielle d’un processus qui aboutira à l’invasion de l’Irak le 20 mars 2003, le renversement rapide du régime de Saddam Hussein, le discours triomphant de Bush sur un porte-avion en mai 2003 «Mission accomplie», et puis l’enfoncement profond et total dans ce qu’il convient de qualifier aujourd’hui de bourbier irakien. Quelques semaines avant l’invasion, un autre discours est prononcé, moins célèbre mais bien plus éloquent, un texte qui offre quelques pistes pour imaginer ce que pourrait changer l’arrivée des Démocrates à la Chambre et au Sénat américain sur le plan international. Le texte est prononcé par le sénateur démocrate Robert C. Byrd (89 ans) le 12 février 2003 au moment où la rupture avec la France et l’Allemagne est consommée et où l’invasion de l’Irak apparaît imminente. «Envisager la guerre, c’est penser à l’expérience humaine la plus horrible. En ce jour de février, au moment où ce pays se trouve aux portes de la bataille, chaque Américain doit d’une manière ou d’une autre envisager les horreurs de la guerre. Et pourtant, cette chambre est presque dans sa totalité silencieuse – sinistrement, épouvantablement silencieuse. (…) Nous restons passivement muets dans le Sénat américain, paralysés par notre propre incertitude, apparemment assommé, stupéfié par le tumulte des événements» La traduction est de l’auteur et tous les extraits proviennent du même discours disponible sur le site du sénateur (suivre ‘discours’, ‘2003′ et ’12 février’) : http://byrd.senate.gov… Le ton est donné. Un peu plus bas, Byrd évoque ensuite la doctrine de l’anticipation (the doctrine of preemption) qui représente un tournant dans la politique étrangère US, qui est en contradiction avec le droit international et la Charte des Nations unies et qui va être testée pour la première fois, poussant explique-t-il de «nombreux pays autour du globe à se demander s’ils seront bientôt sur (…) notre liste noire». L’administration Bush a transformé l’art patient de la diplomatie en menaces et en injures de toutes sortes : «Qualifier des chefs d’État de Pygmées, associer des pays entiers au diable et dénigrer des alliés européens est tout simplement absurde. (…) Nous avons peut-être une puissance militaire incontestable mais nous ne pouvons pas combattre le terrorisme international seul». Enfin, ajoute Byrd, sous la forme de questions qui sont plus que jamais d’actualité : «Á qui allons-nous remettre les reines du pouvoir après Saddam Hussein ?, est-ce que le bouleversement de la production du pétrole va mener vers une récession mondiale ?», et surtout notre action «(…) va-t-elle relancer la course à l’armement nucléaire (…)?». «Je dois sincèrement mettre au défi le jugement de n’importe quel président qui dit qu’une attaque militaire massive et inconditionnelle sur une nation dont la moitié de la population sont des enfants est ‘dans la plus haute tradition morale de notre pays’». Si la question de la population irakienne, «des enfants pour la plupart», ne doit pas faire oublier l’embargo meurtrier (des centaines de milliers de morts) de plus de 10 ans soutenu notamment par Bill Clinton et par Madeleine Albright, on peut penser que Byrd résume un mois avant la guerre ce qui sera probablement la position des Démocrates au Congrès dans les prochaines années. Byrd n’est pas l’étoile montante mais plutôt le doyen du parti, ce qu’il dit avant la guerre et la façon dont il le dit rappelle nombre de positions et d’interventions du candidat Kerry lors de la présidentielle de novembre 2004, et à ce titre, un changement réel se profile dans les relations entre l’Europe et les États-Unis. Les soldats américains sont sur le sol irakien depuis bientôt quatre ans et la situation est catastrophique. Un document produit par l’Institute for Policy Studies (IPS – Washington) fait régulièrement le point sur la situation et les chiffres publiés donnent littéralement le vertige Lire «The Iraq Quagmire» disponible sur le site de l’IPS. Toutes les données citées proviennent de cette note synthétique : http://www.ips-dc.org (../iraq/cow9-06.pdf)… Accrochons-nous et commençons par les morts, les blessés et les mutilés en tous genres. Dans le camp américain, en septembre 2006, l’IPS recense 2.656 morts et 19.773 blessés au combat. Dans le camp irakien, on compte 5.323 policiers et militaires décédés et entre 41.639 et… 100.000 morts. Les deux chiffres de la fourchette sont lourds de signification tant sur le drame à l’œuvre que sur la difficulté d’y voir clair dans cette tragédie. Ceux qui pensent que ces morts sont en quelque sorte le passage obligé vers un mieux-être avaleront de travers en apprenant que les 5.000 combattants de la résistance Est-il ou non question de résistance en bonne et due forme ? Le débat a eu lieu il y a quelques années dans POLITIQUE entre Julien Dohet, feu Michel Hannotte et Hugues Le Paige (lire les numéros 32 et 33 de décembre 2003 et de février 2004) irakienne en novembre 2003 ont laissé la place à 20.000 combattants en juin 2006, une augmentation qui a laissé dire au US National Intelligence Council que la guerre en Irak a en fait créé «un terrain d’entraînement et de recrutement, et une opportunité pour les terroristes de développer leur compétences et leur expérience». Les soldats US et irakiens se sont pris sur la pomme 27.000 attaques en 2004, 34.100 en 2005 et s’en prendront visiblement au moins autant d’ici la fin de 2006.

Limites de l’hyper-puissance

Au niveau du portefeuille, les chiffres révèlent autant le gaspillage de l’aventure irakienne que la solidité des reins de l’économie américaine. En septembre 2006, la guerre a coûté 321 milliards de dollars au contribuable, soit 1.222 dollars par citoyen du Montana, de Californie ou de n’importe quel autre État. Et les prévisions ne sont pas bonnes, la note de l’IPS projette un coût total sur le long terme de 1.300 milliards de dollars. Derrière tout cela, il y a l’administration Bush bien entendu, les intérêts politiques et stratégiques, l’argent, le pouvoir et tout ce qui alimente chez certains la haine des États-Unis. Il y a aussi incontestablement la perte de contrôle, la fuite en avant et l’inexpérience d’une administration face à une guerre qui ne confirme pas, qui ne confirme plus par l’image «l’hyperpuissance américaine D’après l’expression d’Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Lionel Jospin (1997-2002) ». Derrière tout cela, il y enfin Donald Rumsfeld, le secrétaire à la Défense qui a démissionné le lendemain de la victoire des Démocrates au Congrès. Rumsfeld incarne plus que n’importe qui l’arrogance du pouvoir et la brutalité de la guerre, il n’est évidemment pas le seul mais il porte sur son visage les moments précis où les États-Unis ont pu perdre leur âme, il est un des principaux architectes des zones de non-droit d’un nouveau genre (prisons secrètes, Guantanamo…) ou la torture a refait son apparition. Depuis quelques semaines, un juge allemand a été saisi d’une plainte relative à Monsieur Rumsfeld et à quelques autres responsables suspectés de crimes de guerre en rapport avec le traitement de prisonniers dans des prisons militaires en Irak et à Cuba The New York Times, le 15 novembre 2006. Même si nous ne pensons pas arriver à amener Rumsfeld devant les tribunaux allemands, explique un des avocats des plaignants, «Rumsfeld va être harcelé et publiquement considéré comme un tortionnaire», et il risque d’avoir «quelques difficultés pour voyager en Allemagne ou dans d’autres pays de l’Union européenne». Ce type de plaintes vont se multiplier. Si la tragédie irakienne n’est pas terminée et que Guantanamo n’est pas encore fermé, on peut commencer à espérer, et même sourire — quelques secondes — en lisant au sujet de la plainte un Professeur de droit international à Harvard (Detlev Vagts): «Si j’étais l’agent de voyage de Monsieur Rumsfeld, je lui conseillerais d’éviter la ‘vieille Europe’» Idem.

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.