Recherche sur le site

Politique Archives N°91
Archives

Le jésuite des deux n’est pas le François qu’on pense

Rédaction

Le sujet s’y prêtant, j’emploie ici le terme « jésuite » au sens de « dissimulé », « hypocrite », « retors ». Dieu me pardonnera, car à la question « de François Hollande ou du pape François, lequel des deux est un jésuite ? » je réponds sans hésiter : le Président français. Face à lui, le pape incarne le « parler-vrai ». Dans son encyclique sur le climat, le pape écrit que « l’échec des sommets mondiaux sur l’environnement » révèle « la soumission de la politique à la technologie et aux finances ». Il s’insurge contre « une conception magique du marché, qui suggèrerait que les problèmes peuvent être résolus simplement en augmentant les profits », et plaide pour qu’une « certaine décroissance dans quelques parties du monde » permette « une saine croissance en d’autres parties » Voir aussi, dans ce numéro, juste les pages qui suivent…… Ce texte contraste avec le rapport sur le climat pour la conférence des évêques européens, en 2008, qui exhortait les fidèles à la discipline, à l’humilité, et même à l’ascèse, dans une démarche dénuée de toute analyse sociale. Le pape François gêne pas mal de monde. Il vient d’inviter Naomi Klein à participer au Vatican à une conférence de haut niveau sur le climat. Les climato-sceptiques sont furieux. Quant à la curie romaine, gageons que tous ses membres ne sont pas enchantés d’accueillir à Rome une… femme… qui dénonce le capitalisme destructeur et productiviste. Et François Hollande, là-dedans ? Il a « formé le vœu » que la « voix particulière » du pape soit « entendue au-delà des seuls croyants ». J’ai envie de dire « Amen », tant ce vœu ruisselle d’hypocrisie. Une chose est en effet certaine : le sommet climatique que la France présidera, à la fin de l’année, battra tous les records de génuflexions devant la finance et de prières pour la croissance des profits. Hollande s’y est engagé personnellement. Penser que le pape François changera la nature de l’Église est sûrement trop optimiste, mais s’imaginer que le PS français fait encore partie de la gauche, ça, c’est vraiment du délire.

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.