Recherche sur le site

Politique Actu
Actu

Accord UBT-Uber : nous faisons notre boulot !

Tom PEETERS

Un accord qualifié « d’historique » a été signé le 20 octobre 2022 entre l’UBT-FGTB et Uber pour permettre la représentation des chauffeurs et des livreurs. La centrale du syndicat socialiste défend cet accord. Pour elle, il s’agit de jouer son rôle de représentation des travailleurs du secteur, qu’elle considère bien comme des salariés. Sans présence syndicale en entreprise, la négociation est compliquée, il faut « négocier quand c’est possible et se battre quand c’est nécessaire », affirme-t-elle.

Cet article fait partie d’un ensemble de réactions publiées conjointement. Elles reposent d’abord sur un article de Jean-Paul Gailly et comprend également une réaction de la CSC et du Collectif des coursier·e·s.

Léconomie de plateforme est une réalité, y compris dans le secteur du transport, et elle ne disparaîtra pas. Les secteurs qui ratent le bateau de la transition digitale auront de plus en plus de mal à se maintenir. En tant que syndicat, nous ne pouvons pas être aveugles à la numérisation du secteur. La crise du covid et ses confinements nont fait quaccélérer et amplifier ce changement. Mais, la digitalisation doit se faire de façon sociale !

Un accord mondial

C’est la raison pour laquelle il est important dêtre actif en tant que syndicat dans le secteur du transport digital. Notre organisation syndicale internationale ITF (International Transport Workers’ Federation) – à laquelle aussi bien les syndicats de transport de la FGTB et de la CSC sont affiliés – a conclu un accord mondial avec Uber. Un accord dans lequel l’entreprise reconnaît le rôle des syndicats et du dialogue social.

Comme d’autres syndicats membres de l’ITF, l’UBT-FGTB a négocié un accord avec Uber afin de représenter les quelques 5 000 travailleurs qui travaillent déjà actuellement pour Uber en Belgique. Parce que, qu’on le veuille ou non, Uber travaille de façon légale en Flandre et à Bruxelles, vu les règles décrétales votées dans les parlements respectifs.

Les travailleurs des plateformes sont des salariés

Mais que les choses soient claires : pour l’UBT, les travailleurs des plateformes sont et restent des salariés. Sur ce point, l’UBT continue à être en désaccord fondamental avec Uber et d’autres plateformes. L’UBT s’oppose aussi au recours à la législation 2P21 par les sociétés de plateforme. Cette législation fait en sorte quen Belgique, les coursiers à vélo de Deliveroo ou dUber travaillent toujours sous un statut précaire.

La norme dans le travail sur les plateformes reste quil sagit demployés. LUBT considère quUber est un employeur comme beaucoup d’autres dans le secteur du transport et que lapproche de la syndicalisation ne doit pas être différente de celle des autres entreprises de transport dans lesquelles nous opérons en tant que syndicat.

Il est important que les chauffeurs et les coursiers qui travaillent pour Uber sachent que les syndicats ne sont pas leurs ennemis, mais leurs alliés, leurs représentants pour améliorer leur statut. C’est pourquoi il faut organiser le personnel en tant que syndicat. Afin de mener le combat aussi à l’intérieur de l’entreprise.

Car si un syndicat nest pas représenté dans une entreprise, il est difficile de négocier. Ce nest quen étant présent dans lentreprise qu’on peut représenter ceux qui y travaillent, que vous pouvez leur donner une voix, que vous pouvez soutenir les travailleurs, les informer et garantir de meilleurs salaires et conditions de travail.

Plus vous avez de membres dans cette entreprise, plus votre voix est forte au sein de lentreprise. Cest pourquoi il est si important dorganiser le personnel au sein des sociétés de plateforme.

Ensemble on est plus forts, ce n’est pas pour rien le slogan de la FGTB ! Nous avons donc une vision claire du travail syndical et de la concertation sociale. Les travailleurs de plateformes ont quatre revendications principales : améliorer des conditions de travail ; améliorer leur statut et être reconnus comme des ouvriers, faire entendre leur voix par le biais du dialogue social et pouvoir sorganiser dans un syndicat.

L’accord est un premier pas

Avec laccord que nous avons conclu avec Uber, nous réalisons deux de ces quatre demandes, donc 50 %, et nous sommes bien décidés de continuer le combat pour les autres revendications. Ceux qui se mettent de côté et qui veulent tout ou rien ne réalisent pas de progrès pour les 5 000 travailleurs d’Uber. Cest la mission essentielle dun syndicat : organiser les travailleurs et veiller à ce qu’ils s’en sortent de mieux en mieux. Pour l’UBT-FGTB, Uber est un employeur comme beaucoup d’autres.

Un exemple ? Une des plus grandes entreprises dans le transport de marchandises en Belgique se comporte de façon tout à fait inacceptable, organise le dumping social, et risque de se faire condamner pour trafic d’êtres humains. Les organisations syndicales ne se mettent pas de côté, mais restent présentes dans cette entreprise. En faisant des accords pour les travailleurs qui y travaillent, mais en restant tout autant extrêmement critique vis-à-vis de l’entreprise. Le même raisonnement nous motive chez Uber. Cela reste une entreprise dont nous combattons le modèle commercial, mais en même temps nous voulons donner aux travailleurs d’Uber ce dont ils ont droit : un syndicat qui se bat pour leurs intérêts.

La concertation sociale, cest se mettre autour de la table ensemble dans lintérêt des personnes qui travaillent pour lentreprise. Ceux qui ont un problème avec cela devraient examiner la pertinence de leur propre travail. Ceux qui ne veulent pas s’engager dans le combat syndical au sein des entreprises de plateforme comme Uber commettent une grave erreur stratégique. Affilier les travailleurs de plateforme à notre syndicat ne fera quaccroître notre impact, et nous mettra dans une position de contre-pouvoir. Cela est vrai dans toutes les entreprises, y compris Uber. Parce que nous, on fait notre boulot : négocier quand c’est possible, et se battre quand cest nécessaire.

(Image de la vignette et dans l’article sous CC-BY 2.0 ; manifestation syndicale en septembre 2012, prise par le Secta.)

  1. Aussi dit « statut De Croo » ou « système d’économie collaborative », ce système permet de toucher un certain montant par an (environ 6000€) exempté d’impôt. (NDLR)

Tom PEETERS

Secrétaire fédéral adjoint de l’UBT transports et logistique.


En débattre ?

Si la polémique est bien entendu admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *