Recherche sur le site

Politique Actu N°48
Actu

Agrrrrrrrrrr…….

Irène KAUFER

« Tu peux nous expliquer ce que tu fais là avec ton manche de balai et ton carton où tu as écrit en rouge : AGRRRRRRRRRRR ? — Je manifeste ! Parfaitement, je manifeste, et d’abord, ce n’est pas un balai et un carton, mais une pancarte, et je me mobilise contre l’AGR ! — Euh, oui, mais encore ? — Comment, vous ne connaissez pas… ? Eh bien, bande d’ignares, sachez que l’AGR, c’est l’Allocation de garantie de revenus, l’espèce d’aumône généreusement octroyée aux travailleuses à temps partiel pour que leur effort d’insertion sur le marché du travail leur rapporte plus que leur allocation de chômage. Autrement dit : tu acceptes un boulot sous-qualifié, avec la moitié d’un salaire déjà bien maigre, et ta récompense, c’est que l’Onem ajoute un peu de beurre (allégé) dans le contenu de ta gamelle. Alors, comme je viens de trouver un poste à mi-temps, j’ai interrogé ma voisine qui est exactement dans la même situation que moi : même salaire, même type d’horaire, même situation familiale. Grâce à l’AGR, elle reçoit 188 € de plus que le chômage Tous les chiffres cités sont tirés du Journal du Collectif Solidarité contre l’exclusion, novembre-décembre 2006. Ce n’est pas la fortune, mais bon… — Et alors, pourquoi tu râles ? — Parce que, à la fin du premier mois, j’ai découvert que mon allocation à moi faisait 120 € de moins ! Oui, parfaitement : en travaillant 76 heures par mois, je ne gagne que 70 € de plus qu’au chômage. Ce qui signifie que chaque heure travaillée me rapporte en fait moins de 1 € ! Alors que je dois payer en plus les transports, les frais de garde de ma fille… — Mais comment est-ce possible ? — Parce que le gouvernement a décidé de faire des économies et qu’il a réformé le système des AGR. Résultat : si tu bosses à mi-temps, tu perds entre 63 et 200 € par mois, par rapport à l’ancien calcul ! — Quoi ? Quand ? Jamais entendu parler ! Une mesure qui fait baisser les revenus des travailleurs, ça se saurait ! — Eh bien non ! Pas de débats, pas de mobilisation… La mesure date de 2004 et est entrée en vigueur en juillet 2005 Mesure prise lors du Conseil des ministres de Petit-Leez, les 16 et 17 janvier 2004. Passée inaperçue au milieu de toutes les décisions concernant les mesures d’ « activation » des chômeurs, mieux connues sous le terme « chasse aux chômeurs », la réforme de l’AGR est entrée en vigueur le 1er juillet 2005. Les temps partiels déjà en activité à cette date-là bénéficient encore, à titre transitoire, de l’ancien système jusque fin 2008. Ce qui explique la différence de revenus entre notre manifestante et sa voisine. Dans l’indifférence générale. Après tout, cela ne concerne que des femmes, à 80 % ! — Mais est-ce que le but n’était pas aussi de favoriser ceux – celles ! – qui prestent plus d’heures ? Dans l’ancien système, plus tu faisais d’heures, moins tu touchais de complément, et finalement, tu gagnais la même chose… — Oui, pour la logique d’accord ! Mais pourquoi me sanctionner, moi, parce que mon patron n’engage plus que des femmes à temps partiels, moins coûteuses et plus flexibles ? Tu crois qu’il suffit d’aller le trouver et lui dire : finalement, j’ai fait mes calculs, vous me remplacez mon contrat de 19 heures par un contrat de 30 heures, c’est plus intéressant pour moi, et encore merci… — Je confirme : avec 30 heures, le nouveau système est plus avantageux ! Regardez-moi, qui travaille à 4/5e temps : mon AGR a augmenté de… 1,8 € ! Oui, mais tous les mois ! Allez : tournée générale ! »

Irène KAUFER

En débattre ?

Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *