Recherche sur le site

Politique Archives N°104
Revue Politique

Belgique, France, Québec : laïcité(s) en débat

Caroline SAGESSER et David KOUSSENS

Depuis quelque temps, le mot laïcité s’avance à nouveau dans un champ sémantique miné et tente de s’imposer dans le débat politique et culturel. En Belgique francophone, le parti Défi s’est prononcé en faveur d’une inscription du principe de laïcité dans la Constitution. Le PS et le MR proposent plutôt de l’inclure dans un préambule à la Constitution. Au sein du monde libéral, l’influent Hervé Hasquin s’est élevé contre cette idée1. Au Québec, le terme laïcité a fait une première apparition dans le débat public à la faveur d’une polémique biaisée autour des « accommodements raisonnables ». Le tropisme francophile des Québécois et des Belges francophones semble désormais entraîner certains d’entre eux à reprendre à leur compte une vision caricaturale de la laïcité « à la française » qui tente de légitimer un rejet de l’Autre en désignant celui-ci comme « non laïco-compatible ».
Il a paru intéressant à Politique de mettre en présence deux observateurs critiques de ces questions, l’une en Belgique, l’autre au Québec, et de confronter leurs analyses sur le sort du mot laïcité et ses déclinaisons sociétales.
Caroline Sägesser est docteure en Histoire et chercheuse au Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité (Cierl) de l’université libre de Bruxelles, avec pour spécialité le financement public des cultes. Elle est aussi membre du collectif éditorial de Politique.
David Koussens, juriste et sociologue formé en France et au Québec, est titulaire de la Chaire de recherche Droit, religion et laïcité à la faculté de Droit de l’université de Sherbrooke (Québec) et y dirige le Centre d’études du religieux contemporain.

Caroline SAGESSER

Docteure en Histoire, chargée de recherches au sein du secteur socio-politique du CRISP et membre du collectif éditorial de la revue Politique.


David KOUSSENS

juriste et sociologue formé en France et au Québec, titulaire de la Chaire de recherche Droit, religion et laïcité à la faculté de Droit de l’université de Sherbrooke (Québec), dirige le Centre d’études du religieux contemporain.


En débattre ?

Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *