Recherche sur le site

Politique Actu
Actu

Italie : une insurrection pour « revoir les étoiles »

Hugues LE PAIGE

Dans ce post de blog, Hugues Le Paige relate la bataille des travailleurs et travailleuses de la filiale italienne de GKN, un fabricant de composants automobiles et aéronautiques.

Le 9 juillet dernier, les travailleurs de la filiale italienne de la GKN située à Campi Bisenzio, aux portes de Florence, et qui fabrique des composants pour les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique sont en congé extraordinaire. Un congé octroyé par la direction pour des raisons « d’organisation ». La GKN dont l’histoire commence aux débuts de la révolution industrielle — sa création remonte à 1759 — était un fleuron de la sidérurgie britannique, mais qui après deux siècles et demi d’existence et de pérégrinations multinationales a été captée en 2018 par un fonds d’investissement anglais, Melrose, qui avait lancé une OPA hostile à son encontre.

C’est donc, chez eux, pendant ce jour de congé que les 422 travailleurs et travailleuses de la GKN vont recevoir un mail ou un SMS leur annonçant leur licenciement et la fermeture définitive de leur entreprise. Inutile de se rendre encore à l’immense usine construite au milieu des champs toscans en 1996. La méthode est d’une brutalité sans précédent. L’entreprise se porte bien, les carnets de commandes sont remplis et les bilans sont positifs et elle a bénéficié de 3 millions d’euros d’aide au développement de la part de l’État italien. Le fond Melrose a simplement décidé de délocaliser pour produire à moindre coût et d’en avertir le personnel par mail…

Commence alors une lutte exemplaire qui va rappeler les grandes heures du syndicalisme italien quand celui-ci unifiait les combats et entrainait avec lui différentes composantes de la société civile.

… la suite de l’article est sur Le blog-notes de Hugues Le Paige.

(Image de la vignette et dans l’article sous  CC BY-SA 2.0  ; photographie prise par Anton Bielousov.)

Hugues LE PAIGE

Journaliste-réalisateur, membre du collectif éditorial de "Politique"


En débattre ?

Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *