Recherche sur le site

Politique Archives N°103
Revue Politique

La gauche à l’épreuve du revenu de base

François PERL

En Belgique, on parle généralement d’allocation universelle. Philippe Van Parijs, à qui revient la paternité de l’expression, explique qu’il a choisi cet intitulé pour marquer le parallèle avec « suffrage universel » : il s’agirait, dans les deux cas, d’un droit inconditionnel de citoyenneté, prenant ici la forme d’une allocation forfaitaire versée à l’ensemble de la population sans condition d’âge ou de revenu.
Dans les autres pays, on parle plutôt de basic income, soit, en français, de « revenu de base ». Le concept est plus large, et l’allocation universelle
« chimiquement pure » n’en est qu’une forme particulièrement radicale. Mais le «  revenu de base » peut également désigner d’autres dispositifs, qui auraient pour ambition non pas de remplacer la sécurité sociale, mais de la compléter.
Il s’agit là d’un débat capital pour l’avenir d’un modèle social que d’autres pays nous envient. En Belgique, la sécurité sociale a institué des mécanismes de solidarité – entre riches et pauvres, entre malades et bien portant·e·s, entre générations – qui empêchent les familles de sombrer dans la précarité malgré les aléas de l’existence qui pourraient les toucher. Il serait irresponsable d’en faire table rase pour mettre un autre système à la place. Les rapports de forces politiques et sociaux étant aujourd’hui ce qu’ils sont, tout nouveau système se traduirait obligatoirement par un recul social.
Le texte de François Perl qui suit constitue une première introduction à ce débat. Politique le poursuivra dans ses prochaines livraisons, à raison de deux contributions par numéro qui illustreront des points de vue divers, afin que chacun·e puisse se faire sa propre opinion.

François PERL

membre du collectif éditorial de Politique


En débattre ?

Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *