Recherche sur le site

Politique Actu N°120
Actu

Le taux d’emploi, une imposture ?

Mateo ALALUF

4 juillet 2022. Le Conseil supérieur de l’emploi publie un rapport dans lequel il prévient que mettre tous les chômeurs au travail ne permettra pas d’atteindre un taux d’emploi suffisant.
Cet article a paru dans le n°120 de Politique (septembre 2022).

Dans son article du Soir, le journaliste Pascal Lorent donne un aperçu clair du dernier rapport du Conseil supérieur de l’emploi : « La Belgique compte 196 000 postes vacants. Mais mettre 433 000 chômeurs à l’emploi ne suffira pas à atteindre l’objectif que le gouvernement s’est fixé d’ici à 2030. » Il ne suffirait même pas,comme le propose le Conseil1, de remettre « un peu » les malades au travail pour y arriver. En d’autres termes, la mise à l’emploi de tous les chômeurs et des malades de longue durée ne suffirait pas à atteindre l’objectif de 80 %, à moins de trouver, comme le précise Le Soir, 640 000 emplois supplémentaires dans la population dite inactive. Faudra-t-il alors diminuer l’âge de la scolarité obligatoire pour augmenter l’emploi des jeunes et obliger les retraités à retourner au travail ? Formulé en ces termes, l’objectif du gouvernement est donc inatteignable et ne sert qu’à mettre la pression sur l’emploi.

Le taux d’emploi mesure la proportion des personnes disposant d’un emploi parmi celles en âge de travailler. Il ne distingue pas les emplois à temps partiel des emplois à temps plein, ni les emplois précaires des emplois convenables. En conséquence, créer par exemple deux emplois à temps partiel peut coûter moins cher et augmenter plus le taux d’emploi que créer un emploi à temps plein. Sans partager pour autant le lyrisme de Georges-Louis Bouchez pour qui « le taux d’emploi est une cause nationale », l’idée suivant laquelle l’augmentation du taux d’emploi serait nécessaire pour « sauver la sécurité nationale » fait consensus dans les cercles du pouvoir.

Pourtant, paradoxalement, les propositions d’augmentation du taux d’emploi vont souvent de pair avec des emplois à temps partiel et des exonérations de cotisations sociales, désignées comme des charges. Des emplois exonérés de cotisations sociales qui ne contribuent donc pas à financer la sécurité sociale. L’amélioration de notre taux d’emploi a donc été tributaire du travail à temps partiel ainsi que la mise en place des flexijobs et des emplois relevant du statut P2P (peer-to-peer, de particulier à particulier) pour les livreurs des plateformes comme Deliveroo et Uber.

L’injonction à augmenter toujours plus le taux d’emploi consiste à mettre la pression pour augmenter le travail à temps partiel, les emplois au rabais et a pour effet de généraliser non pas la sécurité mais la précarité engendrée par le travail. Aujourd’hui, l’auteur du « droit à la paresse » aurait pu observer cette « étrange folie » qui possède nos gouvernants. Cette folie réside dans la passion moribonde du travail des autres. Paul Lafargue ajoutait encore : « Au lieu de réagir contre cette aberration mentale, les prêtres, les économistes, les moralistes ont sacro-sanctifié le travail2. »

(Image de la vignette et dans l’article sous CC BY-NC-ND 2.0 ; photo d’une personne qui coupe du métal, prise en mai 2016 par Leon Hernandez.)

  1. Conseil supérieur de l’emploi, État des lieux du marché du travail en Belgique et dans les régions, juillet 2022, www.cse.belgique.be.
  2. Paul Lafargue, gendre de Karl Marx, a rédigé en 1880 Le droit à la paresse. Le retentissement de ce texte, traduit dans toutes les langues, constamment réédité, a été énorme et n’a toujours pas épuisé ses effets.

Mateo ALALUF

Sociologue


En débattre ?

Si la polémique est bien entendu admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Une contribution pour "Le taux d’emploi, une imposture ?"

  • Si il y a bien quelque chose de nécessaire et même plutôt indispensable à la société néolibérale actuelle, c’est sans aucun doute le CHÔMAGE.
    En premier lieu, le chômage est de loin le meilleur instrument permettant d’assurer la docilité des travailleurs, tempérer ou canaliser leurs « exigences » et dompter leurs éventuelles velléités, notamment syndicales.
    Le chômage est bien plus efficace encore que le body-building, la musculation et le fitness lorsqu’il s’agit d’assouplir les travailleurs, sinon les rendre carrément « flexibles » selon le souhait des employeurs.
    Pour obtenir ce résultat, il a fallu élaborer et puis seriner un discours officiel « élogieux voire apologique » par rapport aux chômeurs : ainsi, plus personne n’ignore à présent qu’ils sont tous paresseux, inadaptés, mal formés, non motivés, tricheurs et profiteurs, vivant confortablement aux crochets des travailleurs… N’est-ce pas ?
    Mais le fameux et si désirable « Plein Emploi » avec lequel on nous bassine autant qu’avec la « Compétitivité » et le « Pouvoir d’Achat », n’est en bonne partie qu’un mantra fort spécieux. En effet, qui connaît le NAIRU, acronyme anglais de « Non-Accelerating Inflation Rate of Unemployment » dont la signification française est : « Taux de chômage n’accélérant pas l’inflation » ?
    Car selon les théories managériales, non seulement l’inflation serait le pire fléau de l’économie, et le taux optimal de sous-emploi est calculé pays par pays selon sa situation démographique, entre autres critères. Ainsi, le NAIRU en question indique un taux certes à ne pas trop dépasser, mais avant tout SOUS LEQUEL IL NE FAUDRAIT JAMAIS DESCENDRE !

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *