Recherche sur le site

Chantiers pour une sortie de crises

Thierry JACQUES

Avec la multiplication des crises de ces dernières années, il n’est plus permis de douter : nos modèles de pensée, de vie, de développement doivent être revu. Fini le temps des demi-mesures, place à un changement audacieux et radical de perspectives !

Hors-série 22-09-2009

Développement durable : le sens de l’utopie

Rédaction

Face à l’impasse du projet décroissant (le développement ne cessera jamais), le développement durable reste la voie de salut. À condition de ré-arbitrer le rapport entre ses trois «piliers» dans la perspective d’une économie “symbiotique” fonctionnant en osmose avec son environnement.

Hors-série 22-09-2009

Profits

Mateo ALALUF

Les profits d’aujourd’hui seront les investissements de demain et les emplois d’après-demain : « théorème » énoncé naguère par Helmut Schmidt, chancelier social-démocrate allemand (1974-1982) qui aura prévalu à partir des années 1980 et orienté depuis la conduite des gouvernements européens. Avec le recul, le bilan s’impose aujourd’hui. Procédons systématiquement par étapes. En ce qui concerne « les profits », […]

Politique n°59 28-04-2009

Christopher Lasch : Narcisse, nouvelle figure du capitalisme

Pierre ANSAY

Bon nombre d’auteurs contemporains insistent sur la vitalité du capitalisme comme culture : non plus une société non marchande, qui subsisterait à côté d’une économie de marché, mais une société de marché indissociable d’une économie de marché et mieux encore une société animée, cultivée par l’esprit du capitalisme, arôme spirituel du monde contemporain. Certains ont en […]

Politique n°59 28-04-2009

Le Tiers-monde, marché prometteur

Erik RYDBERG

L’humanité pauvre – 2,8 milliards de gens – égale, selon Nestlé, un marché de 10 milliards de dollars. Cela n’a pas échappé aux supermarchés. Cap sur le Sud. En Inde, qui limite drastiquement l’implantation des enseignes étrangères, le petit commerce reste dominant. Pour combien de temps encore ?

Politique n°57 16-12-2008

Et voici l’entreprise sans patron…

Rachid BOUCHAREB

Le paradoxe n’est qu’apparent. La multiplication de petites superettes de quartier est née d’une concentration aiguë des capitaux, côté grande distribution. D’où ces vrais faux indépendants contrôlés à distance. D’où aussi une gestion flexible des unités de profits.

Politique n°57 16-12-2008

Crise du système, crise du remède

Henri GOLDMAN

Incroyable : alors que les axiomes de la doxa libérale sont démentis les uns après les autres, la droite politique s’en sort finalement mieux que la gauche. L’opinion publique semble faire plus confiance à une droite pragmatique qu’à une gauche dont il est difficile de percevoir encore la valeur ajoutée.

Politique n°57 16-12-2008

Michel Husson, la finance et l’économie réelle

Gabriel MAISSIN

À propos du livre de Michel Husson, Un pur capitalisme

Politique n°56 30-10-2008

L’inflation dans l’économie libérale

Olivier DERRUINE

Le mois de mai a connu un taux d’inflation historique. Avec le développement des pays émergents, l’inflation basse pourrait même devenir un vieux souvenir. Avec les conséquences que l’on imagine sur les plus bas revenus, dans un contexte de fragilisation des budgets publics, des allocations sociales et des systèmes de pension collectifs.

Politique n°56 30-10-2008

Le capitalisme est une idée qui vieillit mal

Gabriel MAISSIN

Voilà nous y sommes : l’économie mondiale est en crise. L’injection massive de capitaux publics dans les institutions de crédits semble mettre fin à l’euphorie néolibérale du « tout-au marché ». Certains, à gauche, en sont presque satisfaits : l’État est de retour ! C’est aller un peu vite en besogne. L’intervention de l’État dans l’économie n’est pas l’apanage de […]

Politique n°56 30-10-2008

Fredric Jameson, le postmodernisme, nouvelle frontière du capitalisme

Gabriel MAISSIN

À propos du livre de Fredric Jameson, Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif (Paris, 2007).

Politique n°53 10-02-2008

L’économie est politique

Benoit LAMBO

Et ne relève pas de la nature, ou pire, de la science, comme beaucoup voudraient le faire croire. L’économie dépend avant tout des hommes et des orientations que ceux-ci lui donnent, selon telle ou telle «idéologie».

Politique n°45 12-06-2006