Recherche sur le site

Affaire Benno Barnard : la liberté d’expression bafouée

Geert VAN ISTENDAEL

Le 31 mars 2010, l’écrivain néerlandais Benno Barnard était invité à donner une conférence à l’Université d’Anvers, sous le titre ironique: «Leve God, weg met Allah» («Vive Dieu! À bas Allah!»). Il n’a pas pu donner cette conférence, parce qu’elle a été interrompue et empêchée par un groupe de jeunes allochtones qui se revendiquent de l’organisation Sharia 4 Belgium. L’incident a à nouveau ravivé le débat sur l’Islam en Flandre. Les écrivains Tom Naegels et Geert van Istendael sont des voix récurrentes dans ce débat et ont des visions assez opposées.

Politique n°65 3-06-2010

“Notre tête nous appartient !”

Kitty ROGGEMAN

En Flandre, des féministes belges et allochtones ont repris un slogan des années 1970 pour clamer haut et fort : «Baas over eigen hoofd !» («Notre tête nous appartient !»)

Politique n°63 1-02-2010

De sociaaldemocratie en de Vreemden in Vlaanderen (1987-2009)

Mark ELCHARDUS

Dit artikel wil geen overzicht geven van het sociaaldemocratische beleid met betrekking tot de vreemden. Dat beleid was vooral onderwijs- en arbeidsmarktbeleid en het was steeds consequent gericht op kansenverhoging, opname en integratie. Wat ik in deze bijdrage probeer te vatten is de wijze waarop de sociaaldemocratische partij de ontmoeting van haar electoraat en achterban […]

Politique n°63 1-02-2010

Les médias avant le 7 juin (2009)

Guy POPPE

Un débat sur l’Europe ? « Un hold-up sur la campagne » déclare José Bové ; il reproche à Nicolas Sarkozy, François Bayrou et François Hollande de n’avoir d’yeux que pour la future présidentielle. Dans Libération Daniel Cohn-Bendit évoque  « l’enlèvement de l’Europe ». C’est un plaisir, en pleine campagne électorale, de s’immerger dans la réalité d’un pays voisin : le zoom […]

Politique n°61 15-10-2009

De nouvelles règles pour un système politique bloqué

Yves DESMET

Selon les derniers sondages, la Flandre comptera après les élections deux partis pesant environ 20 %, deux environ 15 %, deux plus ou moins 10 %, et encore un petit qui passera juste au-dessus du seuil d’éligibilité. Une ribambelle de nains devra déterminer quelle majorité gouvernementale tripartite ou même quadripartite sera encore possible. Jamais un tel éparpillement n’avait […]

Politique n°60 18-06-2009

La guerre civile froide

Jérôme JAMIN

« Fédérer ne signifie pas séparer mais bien rassembler. Ce que je vous demande, ce n’est pas de gommer nos différences en Belgique, c’est tout le contraire. Ce que je demande à chacun, c’est de vivre pleinement la diversité, de s’enraciner encore mieux dans sa communauté. Mais aussi d’aller plus loin, de mieux comprendre, respecter et […]

Politique n°60 18-06-2009

Élections : revue des troupes

Henri GOLDMAN

Alleluia ! La Belgique entre en campagne électorale. Par extraordinaire, ce ne s’était plus passé depuis deux ans. L’œil rivé sur les sondages, chacun spécule…

Politique n°59 28-04-2009

House of wax

Chris SERROYEN

À la mi-septembre, la société Lehman Brothers s’est effondrée aux États-Unis. Ou plutôt : les États-Unis ont laissé Lehman Brothers s’effondrer. Parce que les répercussions se situaient surtout ailleurs dans le monde. Et aussi pour des raisons idéologiques : c’étaient les dernières convulsions de l’époque néolibérale, anti-étatique, que Ronald Reagan avait inaugurée en 1981 (poursuivie ensuite pendant sept mandats présidentiels) avec les mots hallucinants de son nègre concernant l’autorité publique qui n’était pas la solution mais bien le problème. C’est encore plus hallucinant lorsqu’on relit entièrement la partie célèbre et régulièrement citée de ce discours : «Dans la crise actuelle, le gouvernement n’est pas la solution à notre problème ; le gouvernement est le problème. De temps en temps nous sommes tentés de croire que la société est devenue trop complexe pour être gérée par l’autorégulation, qu’une élite gouvernante est meilleure qu’un gouvernement pour les gens, par les gens et des gens. Eh bien si aucun d’entre nous n’est capable de se gouverner lui-même, qui alors parmi nous aura la capacité de gouverner quelqu’un d’autre ?» Vraiment une superbe rhétorique. Avec, comme on le voit, des conséquences désastreuses.

Politique n°59 28-04-2009

House of Wax (version originale néerlandaise)

Chris SERROYEN

Half september viel Lehman Brothers om in de Verenigde Staten. Of liever: lieten de Verenigde Staten Lehman Brothers omvallen. Omdat de fall out toch vooral elders zat in de wereld. En om ideologische redenen: als laatste stuiptrek van het neoliberale, staatsfobische tijdperk dat Ronald Reagan begin 1981 inluidde, zeven presidentsinauguraties geleden, met de hallucinante woorden van diens ghostwriter, over deoverheid die niet de oplossing is, maar het probleem. Nog hallucinanter wanneer je dat beruchte en vandaag veelvuldig geciteerde stukje voluit leest: “ In this present crisis, government is not the solution to our problem; government is the problem. From time to time we’ve been tempted to believe that society has become too complex to be managed by selfrule, that government by an elite group is superior to government for, by, and of the people. Well, if no one among us is capable of governing himself, then who among us has the capacity to govern someone else?”. Voorwaar prachtige retoriek. Met desastreuze gevolgen, zo blijkt.

Politique n°59 28-04-2009

Ma résolution pour 2009 : refuser l’étouffement

Jeroen OLYSLAEGERS

Une des installations que Jan Fabre a exposées l’an passé au Louvre était marquée d’une phrase particulière : « Je veux aller au-delà des noeuds gordiens de l’histoire ». Dans une interview publiée par le périodique artistique (H)art il décrivait en tant qu’Anversois sa relation avec Rubens comme étouffante ; cet étranglement se relâche peut-être au fil des années, […]

Politique n°58 16-02-2009

La diversité vue de Flandre

Youssef BEN ABDELJELIL

Tandis que la partie francophone du pays louche souvent sur la France, la Flandre regarde plutôt vers les Pays-Bas et, au-delà, l’Allemagne et le monde anglo-saxon. C’est à partir de la Flandre que le mot et le concept «diversité» se sont imposés en Belgique.

Politique n°56 30-10-2008

Les « alters » du Nord

Francine MESTRUM

Le paysage altermondialiste en Flandre n’a rien de très réjouissant. Revendications passéistes, acteurs groupusculaires… le tout dans un contexte politique peu porté à gauche. Seuls les syndicats et les ONG semblent à même de relever le flambeau. Mais avec quel projet?

Politique n°53 10-02-2008