Recherche sur le site

L’éclectisme du Montois Di Rupo

Pierre GILLIS

L’appel de Di Rupo a une vote idéologique («pas de coalition avec le MR») aux élections de juin 2009 n’est pas à interpréter comme un signe de retour à une identité sociale, ouvrière, forte au PS. Dans son fief, le président du Parti socialiste a résolument fait le choix de la modernité. Sans négliger la proximité avec les «gens», il a surtout misé sur la culture et le monde académique.

Politique n°62 2-12-2009

Ethique de la proximité

Marc SINNAEVE

Proximité et clientélisme, les deux faces de la popularité du Parti socialiste ? C’est un peu court. Au coeur de la «Wallonie rouge», comme à La Louvière, la présence des élus auprès du peuple peut être simplement vue comme une forme de «rude humanité».

Politique n°62 2-12-2009

Le PS, ce cauchemar

Luc DELVAL

Converti à la cause de l’économie libérale depuis 30 ans, le Parti socialiste s’est associé, sans fard, à de nombreux choix politiques répondant et renforçant le capitalisme. Le traditionnel «sans nous ce serait pire» ne masque-t-il en fait pas une absence de projet politique ?

Politique n°62 2-12-2009

« Le PS est resté authentique »

Elio DI RUPO

Le président du Parti socialiste explique la bonne tenue électorale de son parti aux élections de juin 2009 par un respect des valeurs socialistes «classiques» (defense de l’État et des services publics, lutte contre la pense unique libérale…). Pour Elio Di Rupo, le réel n’est pas acceptable, il doit donc être absolument changé. Quitte à plaider la révolution.

Politique n°62 2-12-2009

Introduction

Rédaction

Le 7 juin, les élections régionales et européennes donnèrent un résultat inattendu. Sondages et observateurs annonçaient l’effondrement du Parti socialiste. En Wallonie, le PS passerait définitivement la main aux libéraux du Mouvement réformateur tandis qu’à Bruxelles, il serait doublé par Écolo qui rêvait déjà de placer un des siens à la place de Charles Picqué […]

Politique n°62 2-12-2009

Déficit et rigueur

Henri GOLDMAN

L’Olivier aurait pu se retrouver à la tête de la Communauté française et des Régions wallonne et bruxelloise dans de meilleures conditions. Se partager la misère n’est pas un exercice enthousiasmant. Peut-on voir plus loin que le bricolage budgétaire ? Oui, sans doute…

Politique n°61 15-10-2009

L’Olivier et la question du pouvoir

Jérôme JAMIN

Le projet de déclaration de politique régionale wallonne pose une question fondamentale mais peut-être sans le savoir, où en tous cas sans vouloir faire savoir qu’il formule une question fondamentale… Implicitement en effet, il remet sur la table le vieux débat sur le rôle de l’élu dans la cité, sur la fonction du parlementaire en […]

Politique n°61 15-10-2009

Ernest Glinne, socialiste authentique…

Robert FALONY

Il nous a quitté inopinément, au milieu du mois d’août, à l’âge de 78 ans. Le meilleur moment pour que l’événement passe un peu inaperçu, en particulier du PS, dont le président s’est contenté d’un bref commentaire d’hommage au grand «progressiste»… Dans la série des nécrologies parues dans Le Soir du vendredi 14 figurait en […]

Politique n°61 15-10-2009

L’Olivier, version 2

Henri GOLDMAN

Sondages infirmés. Le MR, qui se posait en pivot de l’alternative, s’érode en Wallonie et à Bruxelles. Le CDH se maintient, le PS recule mais ne s’effondre pas et Écolo triomphe. L’extrême droite disparaît du paysage et si le centre de gravité se déplace bien en Wallonie et à Bruxelles, c’est vers la gauche. Scénarios […]

Politique n°60 18-06-2009

Nouvelle donne à gauche

Henri GOLDMAN

Les résultats du 7 juin modifient l’alchimie à gauche entre le rouge et le vert, entre une social-démocratie en panne et une écologie politique qui doit encore tout prouver. Une synthèse est-elle possible ? Place au débat.

Politique n°60 18-06-2009

L’homme qui aimait les gazettes

Hugues LE PAIGE

François Martou aimait les «gazettes». Quotidiens, hebdos, revues, tout faisait farine à réflexion et à débat. Le papier était pour lui une matière noble surtout quand elle dégageait encore une imperceptible odeur d’encre ou de ce qui en fait aujourd’hui fonction. Il y avait dans sa façon d’évoquer un titre ou un article quelque chose […]

Politique n°59 28-04-2009

François Martou, de la gauche chrétienne à l’union de la gauche

Jean DAEMS

«Les liards sont partis dans la poche des actionnaires et des managers des dernières années. Certains méritent d’être mis en cabane pour escroquerie». Ainsi s’exprimait François Martou encore quelques jours avant sa mort qui a mis fin, inopinément, à la «croisade» qu’il avait engagée face aux scandales en chaîne qui ont marqué le monde économique […]

Politique n°59 28-04-2009