Recherche sur le site

L’attaque frontale contre les salaires est silencieuse

Erik RYDBERG

Pour brosser la toile de fond des heurts à répétition entre forces de l’ordre et population en Grèce, pour éclairer la clameur populaire qui s’élève en Espagne et ailleurs, il peut être utile de se mettre à l’écoute du Tiers-monde. Le message sera abrupt. Lors d’un séminaire en avril 2011 à Paris consacré au sort […]

Politique n°72 21-10-2011

Paul Lafargue et le droit à la paresse

Michel MAJOROS

C’était il y a juste cent ans. « Je me suis promis de ne pas dépasser les soixante-dix années, j’ai fixé l’époque de l’année pour mon départ de la vie… » Dans la nuit du 25 au 26 novembre 1911, à Draveil, au retour d’une soirée au cinéma, Laura Marx, deuxième fille de Karl, et Paul Lafargue mettent fin à leur vie. Jusqu’au bout, ils furent épris l’un de l’autre. Leurs funérailles réunirent une foule de militants, parmi lesquels des exilés de toute l’Europe. Ancêtres allemands et écossais du côté de Laura, née en 1845 rue de l’Alliance à Saint-Josse-ten-Noode. Du côté de Paul, né en 1842 à Santiago de Cuba : caraïbes, africains et français, chrétiens, juifs et vaudous dont Paul gardera le goût des mythologies. Paul entame des études de médecine à la Sorbonne, dans un milieu républicain hostile à la dictature de Napoléon III. En 1865, suite aux manifestations du Congrès international des étudiants à Liège, il est exclu des facultés de France et va passer son doctorat au Royal College de Londres. Déjà membre de l’Association internationale des travailleurs (la 1ère Internationale), il fréquente la demeure des Marx, où il tombe sous le charme de Laura. Lectrice, musicienne, cavalière, Laura traduisit entre autres le Manifeste du parti communiste de 1848. Le couple subit la guerre franco-prussienne à Bordeaux, chez les parents Lafargue. Paul vient à Paris en avril 1871 et soutient activement la Commune. De retour en Angleterre après la mort de leurs trois enfants, Lafargue écrit pour l’hebdomadaire parisien L’Égalité. En 1880, il y publie sous la rubrique « Variétés » un feuilleton en sept épisodes, Le droit à la paresse, réfutation du droit au travail de 1848. Après la fusillade de Fourmies (1891), Paul Lafargue est élu à Lille. Ce sera son seul mandat. En 1895, à la mort d’Engels, éditeur posthume de Marx, correspondant et soutien du couple, Laura hérite d’une part des droits d’auteur du Capital et achète la villa conjugale. Après le Manifeste communiste, le Droit à la paresse serait le texte d’inspiration marxienne le plus traduit et diffusé.

Politique n°72 21-10-2011

Travailler plus ou travailler moins ? [introduction]

Rédaction

En janvier 2010, la secrétaire générale de la FGTB Anne Demelenne relance la réduction du temps de travail (RTT) comme un des axes d’une riposte à la crise qui soit socialement équitable : puisque le travail manque, partageons-le plus équitablement. Cette déclaration a surpris, y compris nous-mêmes. Mais le fait était là : ça faisait […]

Politique n°67 17-11-2010

Travailler moins pour gagner tous !

Daniel RICHARD

En juin 2010, la FGTB a remis la réduction collective du temps de travail à l’avant plan de ses préoccupations. La réduction collective du temps de travail reste une alternative crédible mais difficile à populariser dans une société où les ressorts du fonctionnement capitaliste sont aujourd’hui plus complexes à démonter aux yeux de la classe ouvrière occupée, devant le téléviseur ou l’écran du pc, à perdre la conscience… de ses intérêts propres sinon de son existence même.

Politique n°67 17-11-2010

Pour une société à temps négociés

Esteban MARTINEZ

La fragmentation et la précarité du travail réduisent la revendication d’une réduction collective de la durée du travail à une chimère. Pourtant, pour les travailleurs, et surtout les travailleuses, l’enjeu central de l’emploi se double d’une préoccupation croissante pour les conditions de vie et de travail dont le temps de travail est un élément déterminant.

Politique n°67 17-11-2010

Re-prendre le temps

Delphine CHABBERT

L’intérêt de la Ligue des familles pour les temps de vie ne date pas d’hier. Et pourtant, aujourd’hui, les besoins de temps exprimés par les parents ont pris une telle ampleur qu’ils appellent des réponses fortes et rapides. L’équilibre entre les vies parentale, professionnelle, personnelle et sociale est un défi pour la collectivité. Le relever […]

Politique n°67 17-11-2010

Expertise économique

Mateo ALALUF

EXPERTISE ECONOMIQUE : Comment expliquer la remise en route de la machine à fabriquer les réglementations dans sa logique d’avant crise comme si de rien n’était ? L’incapacité d’échapper aux dogmes issus de la théorie économique établie, alors même que la crise a démontré leur faillite, montre à suffisance combien nous restons prisonniers de 30 […]

Politique n°65 3-06-2010

Réforme

Mateo ALALUF

REFORME : Par une sorte de mutation génétique ce mot a connu une inversion de sens et désigne désormais la CONTRE-REFORME. La troisième loi du mouvement de Newton stipule «qu’à toute action s’oppose toujours une réaction égale». Si le couple action/réaction est bien entré dans l’usage courant, le monde social ne peut être assimilé au […]

Politique n°45 12-06-2006

L’âge de la capitaine

Irène KAUFER

«Ce soir, nous allons tenter de résoudre ensemble un problème de maths. Sachant qu’à partir de 2008, les hommes pourront prendre leur prépension à 60 ans à condition d’avoir 30 ans de carrière ; qu’à partir de 2012, ils devront avoir travaillé 35 ans au moins ; que les femmes, elles, devront prouver 26 ans […]

Politique n°42 15-12-2005

Allonger la durée du travail

Mateo ALALUF

ALLONGER LA DURÉE DU TRAVAIL : En réduisant le temps de travail nous avions fait manifestement fausse route. Au lieu des 38 heures semaine définies par la loi, ne faudrait-il pas revenir aux 60 heures comme en 1850? On ne se portait pas si mal paraît-il à l’époque. Ceux qui ont un emploi ne sont-ils […]

Politique n°38 10-02-2005

Concertation sociale et temps de travail

Hugues LE PAIGE

Il y a le contenu et le contexte. Si l’on veut s’interroger sur les avatars des négociations sur l’accord interprofessionnel, il faut revenir un instant sur ces deux aspects. Et cela, quelles que soit les suites que le gouvernement réserve à cette affaire sur le plan social comme sur le plan politique. Le contexte, a-t-on […]

Actu 10-02-2005

Le retour du labeur

Mateo ALALUF

Il n’y a pas si longtemps, on rêvait d’abaisser la durée hebdomadaire du travail à 35 heures. Partager le travail disponible, n’était-ce pas un bon moyen de lutter contre le chômage? On avait tout faux: pour diminuer le chômage, il faudrait que ceux qui ont la chance d’avoir encore un emploi travaillent encore plus. Cherchez l’erreur…

Politique n°36 6-10-2004