Session 5 : 4 mars 2024, de 19:30 à 22:30
Le « foulard islamique » : une question politique

On n’en sort décidément pas : ce fameux foulard n’en finit pas d’animer l’actualité politique. Comme si l’accoutrement des femmes musulmanes bruxelloises était une question vitale, au même titre que la mobilité, la fracture sociale, l’état déplorable de la Justice ou la crise des finances publiques. Bruxelles reproduit en plus compliqué les querelles parisiennes, sous le regard étonné de nos voisins néerlandais, allemands, britanniques, scandinaves… et flamands.

Et ce sera encore le cas dans la campagne électorale qui commence. D’Actiris à la Stib, de la commune d’Anderlecht à la Ville de Bruxelles en passant par le remplacement de la présidente de l’assemblée de la Cocof, on ne compte plus les psychodrames provoqués par ce vêtement qui met certain·es de ses protagonistes en transe.

Pourquoi ces femmes s’obstinent-elles, diront les un·es ? De quoi je me mêle, diront les autres ? On met la Justice au défi de trancher, mais celle-ci hésite. Ça va durer encore longtemps ?

On essaiera de comprendre. On mettra les arguments à plat. Et, surtout, on écoutera ce que les femmes concernées ont à nous dire. Car il est temps d’arrêter de parler à leur place.

Experte : Caroline Sägesser, historienne et chercheuse au Crisp, observatrice curieuse et un peu gourmande de ces escarmouches improbables.

Plateau 1 : qu’en pensent les musulmanes les plus concernées ? Quel effet ça leur fait d’être réduite à des foulards ambulants ? Avec Hayat El Aroud (asbl Les Pouces, Anderlecht/Cureghem) et deux surprises.

Plateau 2 : un face à face entre deux associations qui comptent à Bruxelles et qui défendent ici des points de vue diamétralement opposés : le Centre d’action laïque, représenté par son secrétaire général Benoit Van der Meerschen, et la Ligue des droits humains, par ailleurs organisatrice des Lundis cosmopolites, représentée par son directeur Pierre-Arnaud Perrouty.