Recherche sur le site

Politique Actu
Actu

Semaine de la mobilité : l’heure du péage urbain

Henri GOLDMAN

Tout part d’un constat imparable : la congestion automobile devient insupportable en ville, et tout particulièrement à Bruxelles. Elle mobilise une part majeure de l’espace urbain au détriment d’autres besoins collectifs (espaces verts, pistes cyclables, sites propres des transports en commun, espaces de jeu sécurisés pour les enfants…), elle affecte la qualité de l’air et donc la santé des habitants et des utilisateurs de la ville, avec tous les coûts dérivés pour la sécurité sociale, elle contribue au dérèglement climatique, sans même parler du gaspillage du temps de vie, cette denrée rare, pour toutes les personnes engluées dans les embouteillages. Il faut donc y mettre fin de toute urgence. C’est même devenu une priorité politique.

Cette congestion est principalement générée par les véhicules des navetteurs. Faut-il les inciter à abandonner leur auto à l’entrée de la ville ? L’Atelier de recherche et d’action urbaine (Arau) nous alerte : développer les parkings de dissuasion, cela coûte cher – sans compter qu’il faudra prolonger plusieurs lignes de bus pour les desservir –, cela consomme de l’espace urbain alors qu’il est rare et, surtout, cela encourage l’exode urbain qui, par effet boule de neige, débouche à son tour sur un usage renforcé de la voiture. Il vaudrait mieux, nous dit l’Arau, les faire payer via un péage urbain qui pourrait rapporter 325 millions par an. Mais là, d’autres protestent : ce serait – vieux couplet – de la « rage taxatoire » ou – plus moderne – de « l’écologie punitive ».

Ce refrain aux relents poujadistes est notamment entonné par un parti de gauche, qui nous rappelle que certains navetteurs ne le sont pas devenus par caprice, mais que c’était la seule façon de trouver à se loger à des prix accessibles. En effet, une partie des ménages qui quittent Bruxelles vont s’installer pour cette raison au sud à Tubize ou à Braine-le-Comte, au nord du côté de Vilvorde. Certains sont mal reliés à Bruxelles par le train – quoique Bruxelles soit la ville la mieux desservie de Belgique –, d’autres auraient besoin de leur voiture pour l’exercice de leur profession. Franchement, on n’est pas convaincu : l’économie bien réelle en logement est largement compensée par les frais liés à l’achat et à l’usage d’un véhicule devenu obligatoire pour le moindre déplacement. Si, en effet, un grand nombre de Wallon·ne·s ont absolument besoin d’un véhicule autonome pour un usage professionnel, ce n’est que rarement le cas pour ceux et celles qui travaillent à Bruxelles. Si certaines personnes estiment que « leur voiture, c’est leur liberté » (pour paraphraser un slogan en vogue il y a quelques décennies) et qu’elles se donnent le droit d’infliger aux Bruxellois·es les nuisances liées à la navette automobile, la Région, à son tour, a bien le droit de vouloir décourager ces comportements sans que ça lui coûte et de réserver ses efforts pour soutenir le maintien à Bruxelles des ménages à bas revenus – c’est même un chantier prioritaire – et de faire payer à ceux et celles qui utilisent la ville sans y  habiter le prix des conséquences de leur choix nuisible pour la collectivité.

À Paris – et à Bruxelles ce ne doit pas être très différent –, chaque véhicule qui pénètre dans la ville transporte 1,1 occupant en moyenne. Il suffirait, nous dit-on, que ce chiffre monte à 1,7 pour supprimer complètement la congestion automobile. Des personnes n’ont pas d’autre moyen de rejoindre leur poste de travail qu’en voiture ? Admettons. Mais on ne voit pas pourquoi elles doivent absolument utiliser leur propre véhicule et être seules à l’intérieur. La Région développera une petite application disponible gratuitement sur Androïd et iOs permettant aux navetteurs qui ne peuvent atteindre Bruxelles qu’en voiture de s’interconnecter pour organiser leur déplacement par covoiturage. Pour leur mobilité interne à la Région, si les transports en commun ne leur conviennent pas, ils trouveront des trottinettes et des vélos électriques à tous les coins de rue. Un éventuel péage urbain en tiendra compte : il sera gratuit à partir de trois occupants et très modéré pour deux ; en revanche, il sera salé pour les automobilistes solitaires qui, sauf exonération justifiée (10 % du total ?), auront vraiment fait preuve d’une très mauvaise volonté. Et le tour sera joué.

Henri GOLDMAN

rédacteur en chef de "Politique"


En débattre ?

Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *