Recherche sur le site

Politique Archives N°114
Archives

L’image de la dépossession

Hugues LE PAIGE

C’est le cœur du dispositif. Dans tous les sens du terme. « La quantité de sang pompée par le cœur humain en une heure et vingt-huit minutes », l’installation de l’artiste Laurence Dervaux est composée de 750 récipients en verre de diverses formes remplis de 428 litres de liquide rouge, couleur de vie et de colère. C’est la quantité de sang pompée par le cœur humain dans ce laps de temps. Laurence Dervaux nous évoque à la fois la complexité et la fragilité de la mécanique du corps.

Placée au centre même de la Grande Halle du BPS22 à Charleroi1, l’œuvre irrigue d’une manière vitale l’exposition, La colère de Ludd2 consacrée à la « dépossession » déclinée sous ses différentes formes : dépossession sexuelle, de genre, d’identité et de langage. Mais aussi et peut-être avant tout dépossession du corps au travail ou par accumulation, cette dépossession originaire et par excellence du capitalisme.

La colère de Ludd, le titre même de l’exposition le souligne : au début du XIXe siècle, en Angleterre, l’apprenti Ned Ludd va mener la révolte contre l’introduction de machines qui dépossèdent les travailleurs de leurs droits, de leur travail et de leur savoir-faire. Voilà où prend naissance la dépossession mais aussi inséparable d’elle, la résistance qu’elle entraine.

Une des sections de l’exposition s’intitule « Dépossession par accumulation ». C’est le géographe et économiste anglais David Harvey qui a défini la globalisation comme une nouvelle phase « d’accumulation par dépossession »3 où le capitalisme part à la conquête du monde, condition d’ailleurs de sa survie. Des droits fondamentaux (protection sociale, santé publique, retraites) arrachés après de longues luttes sont supprimés, des régions conquises et annexées. Autant de dépossessions des citoyens et des nations.

Tableaux, vidéos, photos, installations, sculptures : Dorothée Duvivier, la commissaire de l’exposition, a heureusement choisi de puiser dans les acquisitions récentes de la Province du Hainaut pour faire dialoguer des créateurs qui, chacun dans leur registre symbolique, interpellent ou dénoncent les auteurs de la dépossession, interrogent ou soutiennent leurs victimes. Cette intelligente déclinaison muséographique parvient à tisser des échanges imprévisibles entre les œuvres. Avec son installation-décor, Les Rives de l’Eden (1986) le liégeois Jacques Charlier évoque le colonialisme – cette dépossession par excellence – à travers les clichés de l’exotisme. Sur un autre versant de la création, sous le titre Usine occupée, Véronique Vercheval photographie les travailleuses et les travailleurs de l’entreprise de faïence Royal Boch à La Louvière, victimes de la mondialisation et condamnés au chômage ou à la prépension. On connait à la fois la force et la sensibilité du travail de Véronique Vercheval, photographe, enseignante, militante et féministe. Son approche totalement respectueuse des femmes et des hommes qu’elle photographie avec leur adhésion leur permet, d’une certaine manière, de se réapproprier leur destin individuel et collectif. Ils sont les sujets de leur représentation. À l’annonce de l’occupation, Véronique Vercheval, voisine de l’usine louviéroise se rend sur place. Par solidarité autant que pour photographier. Elle passe de longues journées avec ces femmes et ces hommes qui vont perdre leur emploi. Elle leur propose de faire leur portrait en leur demandant de raconter leur premier jour de travail chez Boch. Elle leur donne un nom, une identité, un regard où la gravité côtoie l’amertume et la fierté.

En ce sens, ces photos incarnent pleinement l’esprit de l’exposition du BPS22. Ici, l’image sous toutes ses formes devient une sorte de « repossession » : elle est résistance.

  1. Le BPS22, Musée d’art de la Province de Hainaut, n’est pas un lieu comme les autres. Sous la direction de Pierre-Olivier Rollin, cet espace d’exposition, de formation et de création privilégie une expression artistique inséparable des questionnements sur la société.
  2. La colère de Ludd, Acquisitions récentes, jusqu’au 03.01.2021. Voir le site du Musée d’Art de la Province de Hainaut.
  3. David, Harvey, Brève histoire du néolibéralisme (« A Brief History of Neoliberalism », trad. de l’anglais), Paris, Les Prairies ordinaires, 2014, 320 p.

Hugues LE PAIGE

Journaliste-réalisateur, membre du collectif éditorial de "Politique"


En débattre ?

Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *