Recherche sur le site

Politique Actu N°110
Actu

Perceptions et réalités de l’État social

Mateo ALALUF

NOVEMBRE 2019 : DEUX CHERCHEURS TIRENT UN BILAN POSITIF DE L’ÉTAT SOCIAL*

« L’État social n’a jamais été autant décrié et pourtant il n’a jamais été aussi nécessaire. » C’est par cette phrase que débute l’article de Mathieu Lefebvre et Pierre Pestieau paru dans la dernière livraison de Regards économiques (n° 152, novembre 2019), la revue de l’UCLouvain.
Les deux économistes se disent eux-mêmes surpris par les bonnes performances de l’État social. Ils conviennent, au terme de leur recherche, que son « bilan est globalement positif ». Ils s’interrogent cependant sur les raisons de l’écart entre la perception populaire (subjective) d’une augmentation des inégalités et de la pauvreté et le décalage avec l’évolution des écarts (objectifs) des revenus qui serait tout autre.
Nous retiendrons deux raisons, parmi celles avancées par Lefebvre et Pestieau, pour expliquer cet apparent paradoxe. D’abord, le revenu monétaire ne couvre qu’un aspect des inégalités sociales. En effet, Christophe Rameaux avait déjà montré pour la France que le revenu primaire des 20 % plus riches était en moyenne 8 fois plus élevé que celui des 20 % plus pauvres. Cet écart passait seulement à 7 après impôts et cotisations sociales. Après les prestations sociales et les transferts en nature (santé, éducation…) l’écart n’était plus que de 4. C’est donc la dépense publique, concluait-il, qui redistribue davantage les revenus et réduit les inégalités1. On peut donc raisonnablement penser que les difficultés d’une proportion croissante de personnes à nouer les deux bouts résulte du montant dérisoire de leur pension de retraite ou encore des mesures récentes qui ont dégradé la sécurité sociale et affaibli considérablement les services publics.
Le financement alternatif insuffisant pour compenser les réductions des cotisations, la suppression de la dotation d’équilibre, le renforcement des conditionnalités et des contrôles intrusifs pour bénéficier d’allocations et les cadeaux à l’industrie pharmaceutique minent de l’intérieur l’État social.
Ensuite, Lefebvre et Pestieau soutiennent à juste titre que l’État providence ne doit pas se limiter aux pauvres mais couvrir la société dans son ensemble. Le ciblage des programmes sociaux sur la seule pauvreté sous prétexte d’efficacité a pour effet de maintenir les pauvres dans la pauvreté et d’augmenter les inégalités sociales. Les deux auteurs soulignent aussi le sentiment dévastateur de déclassement qui touche une partie de la classe moyenne. C’est pour cette raison qu’il faut revenir aux principes fondateurs de la sécurité sociale qui s’adresse à la société dans son entièreté et vise tout à la fois à empêcher le déclassement et la croissance des écarts entre les groupes sociaux.
L’État social est « autant décrié », non pas en raison de son inefficacité supposée, mais parce qu’il procède toujours à une redistribution massive. Il repose d’un côté sur une règle redistributive : chacun contribue selon ses moyens et reçoit selon ses besoins. De l’autre, il déploie une logique de « démarchandisation » qui consiste à mutualiser les richesses privées pour en faire des biens ou services collectifs gratuits ou à moindre prix. Il n’a donc « jamais été aussi nécessaire ».

*Chronique “sociale” publiée dans le numéro 110 de décembre 2019.

  1. C. Ramaux, L’État social. Pour sortir du chaos néolibéral, Paris, Mille et une nuits, 2012.

Mateo ALALUF

Sociologue


En débattre ?

Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un commentaire qui ne respecterait pas ces règles.

Une contribution pour "Perceptions et réalités de l’État social"

  • En Belgique, le dernier filet de la sécurité sociale est assuré par les CPAS. Ces organismes, partiellement financés par l’état central et par les communes fonctionnent plutôt bien, MAIS depuis une vingtaine d’année ils sont en train d’étouffer petit à petit budgétairement parlant. Explications :
    Lorsque l’état diminue les allocations sociales (pensions, chômage etc…), les allocataires aux droits supprimés se tournent vers les CPAS…
    L’état ne rembourse aux CPAS qu’une partie des aides, et une partie des frais de gestion. A terme, c’est intenable pour les communes qui financent ce que l’état ne subsidie pas !
    D’autres missions des CPAS, sans subsidiation de l’état explosent, telles l’intervention dans le coût de placement des personnes âgées, lorsque les pensions et les solidarités familiales ne suivent pas !
    Des missions légales sont aussi confiées aux CPAS, sans aucun subsides, comme les adresses de référence ou la délivrance d’attestations pour obtenir des “points” pour l’accès aux logements sociaux…
    Confier le financement même partiel des droits résiduels de la sécurité social aux communes, à travers leur CPAS était donc une très mauvaise idée !
    Si on ajoute que les différences de revenus médians et moyens entre communes sont considérables, et que l’ IPP, progressif, base principale des recettes communales, augmente et diminue plus vite que les revenus, on voit que les inégalités de revenus entre communes sont tout simplement très hypocrites… et contraire aux principes de solidarité en démocratie.
    Et dans les communes “riches”, loyers plus élevés aidant, la proportion de personnes dépendant du CPAS est beaucoup moindre…
    Alors, oui, l’état social est nécessaire, mais il ferait bien de maintenir un financement équitable de sa sécurité sociale, au lieu de transférer inégalement sur le dos des communes une bonne part de ses économies budgétaires en sécurité sociale !

Apportez votre contribution au débat

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *