Recherche sur le site

Politique Archives N°58
Archives

A bas la voiture propre !

Henri GOLDMAN

Vous avez besoin d’une nouvelle voiture ? Précipitez-vous, c’est le moment. On brade à tout va. À cause des subprimes, de Lehman Brothers, de Madoff et de que sais-je encore, la crise financière emporte tout et l’industrie automobile est encore plus emportée que le reste. Ma cousine qui avait des actions Ford pourtant libellées en couronnes norvégiennes a perdu d’un coup les deux tiers de son patrimoine. L’impératif, c’est de liquider les stocks, même à perte. Sinon, les chaînes de production s’arrêteront, il faudra mettre les ouvriers en chômage technique, c’est-à-dire qu’ils seront payés à ne rien faire. En les plans de reconversion seront remis à plus tard. Car bien sûr, on va reconvertir. La voiture de demain sera propre, c’est juré. D’ailleurs, elle l’est déjà. Comme le plan «com» du lobby de l’automobile le serine, un 4×4 sorti d’usine aujourd’hui est moins polluant qu’une Lada d’il y a dix ans. Autrement dit, un riche qui change de voiture chaque année contribue plus à la lutte contre le réchauffement climatique qu’un pauvre qui s’obstine à conserver son vieux tacot. Une fois que la voiture aura diminué ses émisions par 3 ou 4 (plus, c’est difficile à envisager), où sera encore le problème ? Le problème, il sera toujours là. La pollution n’est pas d’abord lié au niveau d’émission, mais au niveau de congestion et au niveau de circulation. Dans une ville où les voitures avancent au pas, sur des autoroutes complètement bloquées aux heures de pointe, dans un territoire gangrèné par une urbanisation extensive où il faut prendre sa voiture pour acheter un pain, même avec des émissions réduites, c’est encore beaucoup trop. La voiture propre donne bonne conscience à ceux qui ne veulent surtout rien changer à leur mode de vie. Et sa promotion retarde d’autant une reconversion industrielle à laquelle on n’échappera pas de toute façon.

rédacteur en chef de "Politique"

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.