Recherche sur le site

Turc ou belge, il faut choisir !

12-05-2017

Autopsie (post-présidentielle) de la gauche française

09-06-2017

Publifin, Samusocial : la grande lessive

07-06-2017

Le Blog-notes d'Hugues Le Paige

12-06-2017

Un sénat tiré au sort

11-05-2017

On ne naît pas...

12-05-2017

Politique Chroniques
Chroniques

Internet, libertés, marché

Hugues LE PAIGE

Ce n’est pas la première fois qu’une multinationale collabore à la politique répressive d’un régime autoritaire ou anti-démocratique. L’histoire du siècle passé fourmille d’exemples où les raisons économiques ont pris le pas sur les droits de l’homme et les libertés fondamentales. Mais cette fois la contradiction constitue une sorte de cas d’école. Les opérateurs d’Internet se veulent les champions de la communication. Les plus importants d ‘entre eux ne sont pas loin de s’affirmer comme les chantres d’une nouvelle ère de liberté. Et voilà que le géant américain — il s’agit de Yahoo — est pris sur le fait. C’est Reporters sans frontières qui a dévoilé l’affaire. Yahoo a joué, en quelque sorte, les espions pour le compte des autorités chinoises. Un journaliste chinois avait envoyé par courrier électronique à un ami à l’étranger un document officiel interdisant à la presse de faire allusion à l’anniversaire des massacres de Tien Amen en 1989. Yahoo a tout simplement fourni les informations concernant ce courrier et du même coup livré l’identité de ce journaliste à la police chinoise. Le journaliste a été condamné à dix ans de prison pour divulgation de secret d’état. « Nous nous devons de respecter les lois en vigueur en Chine » ont indiqué sans plus de scrupules les plus hauts responsables de Yahoo qui venaient, par ailleurs, d’acquérir pour un milliard de dollars 35 % du principal portail de commerce électronique chinois. Mais Yahoo n’est pas seule en cause dans ce type de relations. Un autre chevalier de la liberté de communiquer est sur la sellette. En juin dernier Microsoft a lancé un nouveau portail en Chine avec un service permettant de créer des blogs, ces journaux personnels. L’entreprise de Bill Gates a mis au banc du vocabulaire de son portail version Chine quelques mots particulièrement subversifs. L’utilisation par les internautes chinois des vocables de « démocratie, liberté ou manifestation » provoque l’apparition d’un message d’erreur indiquant qu’il s’agit de langage interdit que l’on est prié d’effacer. Le gouvernement chinois peut décidemment compter sur des collaborateurs zélés du côté des multinationales de l’Internet.

Journaliste-réalisateur, membre du collectif éditorial de "Politique"

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.