Recherche sur le site

Politique Archives N°105
revue politique

Quand Michel défend le travail

Mateo ALALUF

[Texte publié dans le n°105 de Politique, septembre 2018 – « La chronique sociale de Mateo Alaluf« ]

28 juillet 2018 : Charles Michel déclare « Les socialistes défendent le chômage, je défends le travail »

Lire la version PDF de cette chronique


Depuis déjà bon nombre d’années, les libéraux s’approprient le 1er mai, « leur fête du Travail » qu’ils célèbrent dans le Brabant wallon. Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine le répète sans cesse : les socialistes ont abandonné le travail au profit de l’assistance, qu’ils perpétuent et dont ils se nourrissent. Les libéraux sont les défenseurs de « la valeur travail » délaissée par la gauche.

Dans un entretien au quotidien Le Soir, le Premier ministre Charles Michel fait du travail le cœur de son Jobs deal. « La gauche, déclare-t-il, défend
plus le chômage que les travailleurs et les demandeurs d’emploi. » La preuve ? Le gouvernement précédent présidé par Elio Di Rupo avait exclu 37 000 personnes du chômage. Il voit même « du sadisme à exclure des chômeurs quand l’emploi baissait ». S’il reconnaît quand même avoir fait partie du gouvernement Di Rupo, il omet de préciser que les libéraux avaient fait des restrictions au chômage la condition de la formation du gouvernement.

Cette posture cynique, arrogante et autosatisfaite peut-elle pour autant être balayée d’un revers de main ? Des partis conservateurs et libéraux comme au Royaume-Uni, en Irlande ou au Japon optent à présent pour un tournant paradoxal : la défense du travail, qui serait abandonnée par la gauche.

Prenons le cas du Royaume-Uni : les gouvernements Thatcher et Major, conformément à leur programme néolibéral conservateur, avaient mis 15 ans pour supprimer le salaire minimum. De retour au pouvoir avec Tony Blair, le New Labour avait rétabli un salaire minimum très modeste.
Les gouvernements conservateurs de James Cameron et de Teresa May ont haussé progressivement le salaire minimum avec l’objectif d’atteindre 60 % du salaire médian, si bien qu’il tend à présent à dépasser le salaire minimum belge et français, rompant ainsi avec l’ancienne politique thatchérienne.
L’augmentation du salaire minimum a entraîné celle des revenus primaires, en contrepartie d’une diminution des impôts qui satisfait les possédants. Les protections sociales se trouvent cependant fragilisées et les femmes seules avec enfant sont, parmi bien des laissés pour compte, les grandes perdantes de cette politique. Les conservateurs se présentent en conséquence en défenseurs des revenus du travail et des diminutions d’impôts, à l’opposé des socialistes qu’ils stigmatisent comme le parti des assistés et des hausses d’impôt.

En raison du niveau insuffisant du salaire minimum en Belgique, le PS propose un « bonus social généralisé », à savoir un complément salarial pour assister ceux dont le revenu demeure en dessous du seuil de pauvreté. Au lieu d’abandonner le terrain des salaires à la droite, ne risque-t-il pas de se faire doubler par sa gauche et de ne plus pouvoir se dégager du piège de « l’assistanat » qui lui est ainsi tendu ? Il aurait été plus judicieux pour le PS de prendre au sérieux les revendications du dernier congrès de la FGTB wallonne et en particulier celle d’un salaire minimum de 14 € brut l’heure au lieu des 9,65 € actuels.
On aurait décidément parfois intérêt à revenir sur terre.

Mateo ALALUF

Sociologue


En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.