Recherche sur le site

Politique Archives N°93
Archives

System change, not climate change

Rédaction

La Belgique n’a pas volé le « prix fossile » décerné en marge de la COP21. Il a fallu six ans pour que les quatre ministres de l’Énergie s’accordent sur le partage de l’effort à réaliser pour que notre pays remplisse ses obligations dans le cadre du plan climat européen. Pour rappel, celui-ci impliquait 20% de réduction des émissions et 20% de renouvelables en 2020. La contribution demandée à la Belgique : 15% de réduction des émissions et 13% de renouvelables. Il est vraiment honteux qu’il ait fallu six années à nos excellences pour s’accorder sur ces objectifs riquiqui. Cette histoire belge est aussi éclairante que ridicule. Si les 4 niveaux de pouvoir d’un même petit pays dont le développement est relativement homogène sur tout le territoire ont eu besoin de six ans pour passer un accord du type peanuts, comment croire que les représentants de 195 pays très différents pourraient conclure un accord à la hauteur de l’enjeu ? Et si le peanuts belge est couplé à la poursuite de la folie nucléaire, comment croire que le peanuts mondial puisse ne pas s’accompagner de folies technologiques ? Ces lignes sont écrites avant que la COP s’achève. Gageons qu’il y aura un accord qui sera présenté comme un « ambitieux » pas en avant. Mais ne soyons pas dupes. Depuis le sommet de la Terre à Rio, en 1992, chaque « pas en avant » de ce type nous rapproche de la catastrophe. Pour une raison structurelle : le capitalisme ne peut vivre sans croissance, celle-ci est alimentée à plus de 80% par les fossiles, les gigantesques capitaux concurrents investis dans ces sources d’énergie ne sont pas prêts au moindre sacrifice, et leur influence sur les gouvernements est décisive. Des centaines de milliers de personnes ont manifesté dans le monde entier sous un même slogan : « System change, not climate change ». Il résume parfaitement le choix qui s’offre à nous : écosocialisme ou barbarie, lutte anticapitaliste conjointe pour les revendications sociales et environnementales, ou poursuite conjointe de la destruction de la société et de la nature.

En débattre ?

En tant qu'abonné-e à la revue papier, vous pouvez accéder directement à votre espace abonné-e et nous soumettre une réaction à un article (elle doit faire au minimum 3000 signes). Si la polémique est bien entendue admise et même encouragée, nous vous demandons de rester courtois, de ne pas recourir à l'injure et de rester dans le cadre du sujet. La rédaction se réserve le droit de supprimer un article qui ne respecterait pas ces règles.

Pour tout autre commentaire ou pour les non-abonné-e-s, n'hésitez pas à vous abonner ou à partager, réagir et commenter sur les réseaux sociaux.

Apportez votre contribution au débat

Vous devez être connecté pour contribuer au débat. Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous ici. Plusieurs formules d'abonnement vous sont proposées. Vous êtes abonné ? Connectez-vous sur cette page avec vos identifiant et mot de passe.